Publifin et ses dérives: un inconnu agresse Mathieu Vervoort (PS), fils du ministre-président bruxellois

Publifin et ses dérives: un inconnu agresse Mathieu Vervoort (PS), fils du ministre-président bruxellois
4 images
Publifin et ses dérives: un inconnu agresse Mathieu Vervoort (PS), fils du ministre-président bruxellois - © PS

Mathieu Vervoort, fils du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS), raconte sur les réseaux sociaux avoir été agressé vendredi soir à Bruxelles. Motif de l'agression: son appartenance au Parti socialiste et le climat lié au scandale Publifin. Mathieu Vervoort, 29 ans, est président des Jeunes socialistes d'Evere et conseiller Culture au cabinet de la ministre bruxelloise Fadila Laanan (PS). Mathieu Vervoort, il faut le préciser, n'est lié en rien au scandale liégeois.

"Ce vendredi, j'ai retrouvé des amis pour boire un verre. La soirée se déroule extrêmement bien jusqu'au moment où quelqu'un m'accoste et me demande: "Si je dors bien, si ce n'est pas trop dur la vie, si je n'ai pas honte de travailler pour le PS et pour ce qu'il représente"." Mathieu Vervoort poursuit: "Je lui réponds que non que chaque jour, je travaille pour l'ensemble de la population bruxelloise que je me bats pour défendre les valeurs de solidarité, d'égalité, et de justice sociale. Je sens bien que mes réponses ne suffisent pas, mais je n'imaginais pas à cet instant prendre un coup au visage ainsi qu'un coup de pied au thorax."

"Je ne cautionne en aucun cas" le scandale Publifin

Une agression violente qui surprend le socialiste. "Si j'écris cela, ce n'est pas pour qu'on me considère comme une victime mais bien pour dénoncer un climat délétère, un climat d'amalgame qui dans certains cas se traduit par de la violence. Le matin quand je me lève, je vais travailler pour ce que je trouve être juste et non pour me faire frapper dessus parce que certaines personnes m'associent à quelque chose que je ne cautionne en aucun cas."

Mathieu Vervoort dit dans son texte comprendre "l'émoi et la colère suscités par les récentes révélations mais en aucun cas cela ne justifie la violence physique. Pour terminer, je voudrais juste dire que les mots sont plus forts que l'épée et toi qui n'étais pas d'accord avec moi, tu peux toujours me blesser physiquement mais tu n'égratigneras jamais mes convictions."

Contacté ce samedi par la RTBF, Mathieu Vervoort dit ne pas vouloir commenter davantage son agression pour "ne pas jeter de l'huile sur le feu". L'acte vécu ce vendredi, au-delà de la violence physique, lui laisse surtout "un bon coup au moral".

Mathieu Vervoort nous précise qu'il n'a pas souhaité porter plainte contre son agresseur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK