Province de Luxembourg : les hôpitaux du réseau Vivalia appellent l'armée en renfort

Le personnel infirmier des hôpitaux Vivalia a besoin de renfort pour entrer en phase 2B.
2 images
Le personnel infirmier des hôpitaux Vivalia a besoin de renfort pour entrer en phase 2B. - © Tous droits réservés

La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), l’a annoncé cette semaine : 1500 militaires seraient prêts à venir prêter main-forte dans les hôpitaux. Une balle que les établissements luxembourgeois du réseau Vivalia prennent aujourd’hui au bond, alors que le fédéral a annoncé le passage en phase 2B pour tous les hôpitaux du pays dès ce lundi 2 novembre. Pour rappel, dans cette phase ultime, des lits de soins intensifs supplémentaires doivent être créés et tous les soins non urgents postposés.

Jusqu’à l’épuisement ?

"Ce week-end va être difficile pour nos équipes, explique Yves Bernard, le directeur général de l’intercommunale Vivalia, qui avait anticipé le passage en phase 2B dès mercredi, veille de la décision fédérale. Nous sommes à cours de personnel, la situation est donc très urgente."

Actuellement, une centaine d’infirmières et infirmiers seraient malades au sein des quatre hôpitaux du réseau. Structurellement il en manquerait près de 80. Combiné à une augmentation du nombre de malades, ce déficit pèse lourdement sur les membres du personnel qui sont encore sur le pont. "Aujourd’hui, s’il faut faire des heures supplémentaires pour bien s’occuper des patients, on le fait, explique Françoise Habou, infirmière dans l’unité COVID de Libramont. C’est la définition même du métier d’infirmière : elle fait ce qu’il y a à faire, même s’il faut sacrifier de son temps. Si on n’a pas le temps de manger, eh bien on ne mange pas. Ce n’est pas vraiment nouveau, mais c’est encore plus difficile aujourd’hui. Tout le monde vit COVID, l’ambiance est pesante, on n’a plus de soirées, plus de loisirs. Va-t-on aller jusqu’à l’épuisement, ou tombera-t-on malade avant ? Je ne sais pas… "

Besoins multiples

Dans ce contexte, Vivalia a identifié plusieurs besoins que l’armée pourrait venir combler. Et il ne s’agit pas que du renforcement du personnel infirmier. "Nous avons aussi demandé au Gouverneur de pouvoir avoir un militaire à l’entrée des hôpitaux pour gérer la circulation et assurer le respect des règles d’hygiène, explique Yves Bernard. Il semblerait en effet que de plus en plus de patients se montrent réfractaires au respect des consignes, ce qui complique le travail du personnel soignant et aiguise les tensions. "Ensuite nous souhaiterions la création d’une équipe mobile au sein de la Province pour intervenir dans les maisons de repos et les collectivités en cas de COVID."

A trois jours du passage en phase 2B, Vivalia lance également un appel aux volontaires. "Que ce soit des personnes actives dans la logistique, des étudiants en soins infirmiers et en médecine, ou encore des personnes formées mais qui ont quitté le milieu hospitalier, nous avons besoin de toutes les bonnes volontés pour venir renforcer nos équipes", plaide Bénédicte Leroy, directrice des soins infirmiers.

Des militaires en renfort également au centre hospitalier du Bois de l'Abbaye à Seraing (JT du 03/11/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK