Province de Luxembourg: un projet d'analyse des flux de la mobilité

Analyser les flux de la mobilité en province de Luxembourg grâce à une application smartphone.
Analyser les flux de la mobilité en province de Luxembourg grâce à une application smartphone. - © Christine Pinchart - RTBF

Analyser les flux de la mobilité en Province de Luxembourg grâce à une application smartphone, c'est le projet du Député Wallon et sénateur MR, Yves Evrard.

Concrètement, les utilisateurs géolocaliseraient leurs parcours et leurs moyens de transport. Individuellement, cela permet à l'utilisateur de comparer objectivement quel moyen de transport est le plus efficace, quels sont ses temps d'attente, et à plus grande échelle, les données seraient analysées pour déterminer les besoins en terme de mobilité dans la province.

Le développement de l'application serait confié à la Haute Ecole Robert Schuman de Libramont. L'application baptisée Mobiloc, demandera aux citoyens d'enregistrer leurs déplacements et leurs modes de déplacement. Ce qui permettrait de mettre en évidence les flux de mobilité et donc les besoins des citoyens, que ce soit pour les trains, les bus, les automobilistes, cyclistes, piétons ... Le projet repose sur une communauté d'utilisateurs précise Yves Evrard, sénateur :

"C'est une application destinée aux gens qui rencontrent des problèmes, et qui doivent faire face à certaines contraintes. On leur demande d'être les acteurs de leurs propres besoins, et de pointer les problèmes. Et plus la participation est grande, plus les données seront intéressantes et mettront en évidence les aspects de la mobilité en zone rurale."

A ce stade tout reste à faire : développer l'application, analyser les données et trouver les subsides, environ 20 000 euros. Une somme qui permettrait à la Haute Ecole Robert Schuman d'engager un chercheur pendant six mois. Le directeur Philippe Lumen est enthousiaste. C'est un beau projet pédagogique mais ce ne sont pas les élèves qui vont développer l'application :

"Je compte sur les étudiants, et notamment les étudiants de deuxième et partiellement de troisième année, pour nous apporter des idées. Maintenant il faut différencier un exercice pédagogique d'une commande officielle, passée par un client. Et là je tiens à ce que ce soit l'équipe des professeurs, avec un ou deux chercheurs qu'on serait amené à engager, qui s'occupe de la finalisation de l'application."

Si l'application est développée et que les utilisateurs ont joué le jeu, reste à voir si l'identification des différents problèmes de mobilité sera suivi d'effets.

Anaïs Stas

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK