Prostituées en grève à Bruxelles: le quartier Nord "est devenu d'une violence rare"

Les carrées sont vides et les néons sont éteints depuis mardi dans le quartier Nord à Bruxelles : c'est une action menée en solidarité après le meurtre d'une prostituée nigériane de 23 ans rue Linné, dans la nuit de lundi à mardi. Dans le quartier Nord, les travailleuses du sexe sont sous le choc. "Cela a été très difficile à encaisser, quand on m'a réveillée à 5h30 du matin pour me le dire. Cela a été un choc, parce que je vis dans le quartier depuis 1992 et je n'ai jamais connu de crime", explique Marie, du collectif UTSOPI (l'Union des Travailleurs.euses du Sexe Organisés pour l'Indépendance).

Pour l'instant, aucun suspect n'a été arrêté. Selon certains témoins, l'agression aurait pu avoir eu lieu dans une carrée. Une vaste enquête est en cours, selon Ine Van Wymersch, porte-parole du parquet de Bruxelles: "Lundi matin vers 5 heures, la police a été appelée pour une dame qui se trouvait gravement blessée sur le trottoir. Les services de secours sont immédiatement intervenus. Apparemment, cette dame avait reçu plusieurs coups de couteau et elle est décédée à l'hôpital suite à ses lésions".

"C'est un quartier de non-droit ici"

Ce qui est sûr, c'est que dans cette rue, à cheval entre Schaerbeek et Saint-Josse, l'insécurité est grandissante. Marie a vu ce quartier évoluer. Pour elle, il est devenu un véritable coupe-gorge : "Ce quartier est devenu d'une violence rare. Il y a beaucoup de problèmes de toxicomanie, des dealers, des détritus, des saletés. Ils crachent sur nos vitrines, ils pissent. Quand vous vous promenez le soir ou la journée, on deale de la drogue à tous les coins de rue, on vend des choses volées. C'est un quartier de non-droit ici, c'est le far-west".

Les prostituées se sentent délaissées, surtout par la commune de Saint-Josse qui compte fermer les carrées au 1er janvier 2019. Pour Marie, c'est sûr, cela va encore renforcer la précarité. Emir Kir, le bourgmestre de St-Josse, n'a pas souhaité réagir au micro de la RTBF.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK