"Proposer une approche pluridisciplinaire aux victimes d'infraction pénale"

Le service laïc d'aide aux victimes d'infraction pénale inaugure de nouveaux locaux pour améliorer la prise en charge des victimes.
Le service laïc d'aide aux victimes d'infraction pénale inaugure de nouveaux locaux pour améliorer la prise en charge des victimes. - © Tous droits réservés

Nawal Bekka, psychologue au service laïque d’aide aux victimes d’infraction pénale était l’invitée de la matinale sur Viva Bruxelles. L’occasion de revenir sur les activités de ce centre d’aide aux victimes liées aux infractions pénales, au sens large du terme. Il y a par exemple les personnes victimes des attentats de Bruxelles mais aussi des victimes de viol, d’inceste ou des femmes victimes de violences conjugales ou dans l’espace public.  "Mais nous sommes plutôt un service de deuxième ligne, explique Nawal Bekka. Généralement, les personnes viennent chez nous grâce aux services de première ligne comme les bureaux d’assistance policières aux victimes ou des communes."  

Des victimes qui peuvent bénéficier dans ce centre d’une prise en charge globale. "Notre service travaille dans une approche pluridisciplinaire psychosociale et juridique. Il y a des psychologues, des assistants sociaux, une juriste, une criminologue... On accompagne la personne soit dans l’accompagnement en lien avec la procédure pénale pour tout ce qui est juridique et social, soit au niveau psychologique dans la réparation du traumatisme."    

Toutes les victimes

Le service laïque d’aide aux victimes d’infraction pénale inaugure ce matin de nouveaux locaux au Boulevard Louis Schmidt à Etterbeek. "N’importe quelle victime dans le cadre de l’infraction pénale peut frapper à notre porte."

Un service particulier dans la mesure où il propose de l’aide non seulement aux victimes mais aussi aux auteurs d’infraction pénale pour les aider dans leur réinsertion. Nawal Bekka précise: "La prise en charge se fait dans deux centres séparés, dans des communes différentes. D’un côté, il y a un centre pour les auteurs et, de l’autre, pour les victimes."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK