Projet-pilote de récolte de canettes: La Hulpe, Eghezée et Tubize font marche arrière

Des canettes abandonnées qui traînent par terre... plusieurs communes s'étaient engagées à bannir cette image de leur paysage sauf qu'apparemment, le projet-pilote ne séduit pas. La Hulpe, Eghezée et tout récemment Tubize, ont même préféré faire marche arrière. Soit trois communes sur les 24 qui s'étaient dit partantes l'été dernier.

Les consignes de ce projet sont jugées trop compliquées, trop coûteuses voire mal ficelées par certaines.

Sur papier, le projet-pilote avait l'air pourtant intéressant

Il y a un incitant : chaque canette vaut 5 cents ; et au bout de 100 boîtes rapportées, l'habitant reçoit un bon d'achat de 5 euros à dépenser dans la commune.

Pour le comptage, une machine est mise à disposition. A Tubize, cela pose un problème technique. "La Ville devait avoir une installation électrique de 400 volts, sauf qu'aucun de nos bâtiments n'est équipé à ce niveau-là pour le moment", explique Sarah Dumonceau, échevine de l'Environnement.

Autre solution, le comptage manuel effectué par un ouvrier communal. "Nos effectifs étant vraiment très réduits, nous ne voulions pas donner une tâche supplémentaire à l'un de nos agents."

Problème technique, problème d'organisation, et carrément mal ficelé, dit Rudy Delhaise, bourgmestre d'Eghezée : "Comment reconnaître une canette usagée d'une canette faussement usagée ? Comment aussi différencier des canettes qui proviennent d'autres communes ? Même s'il fallait effectivement bien prouver qu'on habite la commune, on risquait quand même de devoir faire face à un "trafic de canettes"…"

Pour ne pas attirer les habitants des communes limitrophes, Ottignies a imaginé un autre plan. L'argent sera versé à l'asbl Saint-Vincent de Paul. Comme ça, on verra à Ottignies si les habitants sont vraiment motivés par la propreté publique dans leur commune.

Archives JT: 5 centimes pour une consigne de canettes à Neufchâteau (sujet du 25/09/18)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK