Projet géothermique à Mons: l'IDEA met en place un Comité de suivi

La future centrale géothermique sera implantée au cœur d'un espace public en centre-ville, dans le parc communal devant les Ursulines
La future centrale géothermique sera implantée au cœur d'un espace public en centre-ville, dans le parc communal devant les Ursulines - © Google maps

L'intercommunale IDEA a annoncé vendredi le lancement d'un appel à candidatures pour la mise en place d'un comité de suivi dans le cadre d'un projet géothermique de la Porte de Nimy à Mons.

La première phase du projet de creusement de deux puits géothermiques de plus de 2.000 mètres a été lancée à la Porte de Nimy en février 2019 à Mons. Le raccordement du premier client au réseau de chaleur, l'hôpital montois Ambroise Paré, implanté en milieu urbain, devrait être effectué à la mi-2023. Selon l'IDEA, le projet géothermique doit permettre une économie de plus de 3.500 tonnes de CO2 chaque année.

La future centrale géothermique sera implantée au cœur d'un espace public en centre-ville, dans le parc communal devant l'école des Ursulines. La première phase de ce chantier devrait débuter au printemps 2020.   L'intercommunale a lancé vendredi une initiative de mise en place d'un comité de suivi composé des différentes parties prenantes dans le projet, dont des représentants de la population. Le comité de suivi, qui veut ouvrir le dialogue entre les différentes parties prenantes du dossier, sera notamment composé de cinq représentants des riverains, de quatre représentants des institutions voisines, de deux représentants de la Ville de Mons, de deux représentants de l'intercommunale IDEA et d'un représentant de l'UMons.  

L'appel à candidature de l'IDEA a été adressé aux 4.000 familles concernées par l'enquête publique. Les riverains intéressés sont invités à adresser le formulaire disponible sur le site www.geothermiemons.be dûment rempli auprès du Service Environnement de la Ville de Mons avant le 10 décembre 2019.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK