Profondeville: tract électoral sur lettre officielle

RTBF
RTBF - © RTBF

Est-ce une erreur ? Ou une démarche délibérée ? Le tract électoral envoyé par le bourgmestre de Profondeville est pour le moins une maladresse. Jean-Pierre Baily a utilisé du papier à en-tête communal pour inviter ses concitoyens à voter pour son épouse, candidate MR.

Une démarche qui suscite la polémique. Et pourtant le bourgmestre de Profondeville plaide sa bonne foi. Il reconnaît que le papier utilisé est bien celui avec l'en-tête de la commune : on y retrouve le blason et la mention "Cabinet du bourgmestre".

Jean-Pierre Baily estime toutefois qu'il n'a utilisé qu'une seule lettre officielle et que les photocopies n'ont pas été réalisées au sein de l'administration communale. De plus, tous les éléments d'un document officiel ne sont pas réunis : il n'y a pas le cachet de la commune, ni de cosignature du secrétaire communal.

Editeur responsable : Sabine Laruelle

Elément interpellant, sur ce même courrier, figure la mention "imprimé électoral" avec comme éditeur responsable, Sabine Laruelle, la tête de liste MR à la Chambre pour Namur. Il s'agit donc bien d'un tract électoral sur un papier qui ressemble fortement à un document officiel de la commune.

Pour soutenir son épouse

Jean-Pierre Bailly parle d'une initiative personnelle, destinée à soutenir la candidature de son épouse, candidate sur la liste MR. Une épouse qui, si elle est élue, pourrait voir ses résultats annulés. C'est en tout cas ce qu'affirme Paul Furlan, le ministre des Pouvoirs locaux. Pour lui, c'est clair, l'utilisation de matériel communal, c'est-à-dire le papier à en-tête à des fins électorales est illégal par rapport au code électoral.

Selon le ministre socialiste, la commission des dépenses électorales pourrait donc invalider les résultats de la candidate favorisée.

 

Sébastien Remacle avec Colette Jaspers

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK