Profondeville: 3 listes face à celle du bourgmestre, l'opposition s'organise

Vue de Profondeville
Vue de Profondeville - © Flickr - Jim Skreech

Le jeu est sans doute plus ouvert qu’il n’y paraît de prime abord à Profondeville. En 2006, la liste IC (coalition MR/CDH/indépendants) du bourgmestre Jean-Pierre Baily avait décroché la majorité absolue : 13 sièges sur 21. Elle espère évidemment faire aussi bien. Mais depuis, l’opposition s’est organisée. Et sur le bulletin de vote le 14 octobre, la concurrence s’annonce rude.

A côté de la liste du bourgmestre, il y aura d’abord Ecolo emmené par Emilie Hoyos. Avec l’ancienne présidente du Parlement wallon, devenue co-présidente du parti, les Verts ambitionnent de doubler leur nombre de sièges au conseil communal : 6 au lieu de 3 sous cette législature.

Il y aura ensuite le PS, qui s’était présenté sous l’étiquette pluraliste PLUS en 2006 (5 sièges). Les socialistes ont préféré cette fois en revenir à leur sigle traditionnel, même si certains candidats ne sont pas affiliés au parti. C’est le conseiller communal Luc Vandendorpe qui sera aux avant-postes. Le PS devra tout de même digérer plusieurs départs : Eric Massaux et Daniel Wilmart ont rejoint la liste IC ; quant à Michel Spineux, il ne se représente pas.

Il y enfin la liste multicolore PEPS – Profondevillois Engagés Pour la Société – qui se présente comme un mouvement de citoyens. Les candidats se disent novices en politique mais plusieurs d’entre eux sont des " fils ou filles de ... ", à commencer par leur chef de file François Piette, le fils de Luc Piette, bourgmestre CDH d’Anhée. La liste PEPS pourrait jouer les trouble-fête lors du scrutin.

 

Hugues Van Peel

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK