Procès Jarfi: "une lâcheté inimaginable et rarement vue"

Le réquisitoire du ministère public aura lieu dans le courant de l'après-midi.
Le réquisitoire du ministère public aura lieu dans le courant de l'après-midi. - © NICOLAS LAMBERT - BELGA

Le procès des 4 assassins présumés d'Ihsane Jarfi se poursuit aux Assises de Liège. Après l'audition des 140 témoins, les plaidoiries des avocats des parties civiles ont débuté. Ceux de la famille du jeune homme ont dénoncé "une lâcheté inimaginable et rarement vue".

Ce sont les termes employés effectivement mercredi devant la cour d'assises. Les avocats de la famille d'Ihsane Jarfi ont insisté sur l'intention de tuer et sur la préméditation mais aussi sur la lâcheté des auteurs, qui n'ont même pas le courage de reconnaître les faits.

Ihsane Jarfi a pourtant vécu un calvaire d'au moins 75 minutes. Comment est-ce possible? Parce qu'il y a trois psychopathes avérés et un suiveur parmi les quatre accusés, a plaidé un des avocats.

Les avocats du compagnon d'Ihsane Jarfi ont également pris la parole hier. "Quatre bourreaux ont assassiné, martyrisé et torturé son amour", a souligné un des avocats, qui a rappelé que les deux hommes vivaient une relation amoureuse depuis 5 ans. Ils avaient d'ailleurs emménagé ensemble, à Liège. "Ihsane Jarfi a été victime d'un projet criminel réfléchi. Il a été assassiné en raison de son homosexualité", a indiqué un autre avocat.

Les autres parties civiles interviendront ce matin. Les jurés entendront notamment les avocats du Centre interfédéral pour l'Egalité des Chances et la Lutte contre les discriminations ainsi que de l'ASBL "Arc-en-ciel Wallonie", qui défend les droits des homosexuels. Le réquisitoire du ministère public aura lieu dans le courant de l'après-midi.

Marc Hildesheim

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir