Procès Hakimi/Pauwels à Mons: le Procureur requiert 20 ans contre le boxeur et 5 ans ½ contre l'ancien animateur

Farid Hakimi et Stéphane Pauwels lors du procès au Lotto Mons Expo
2 images
Farid Hakimi et Stéphane Pauwels lors du procès au Lotto Mons Expo - © Belga - Benoit Doppagne

Mardi après-midi, le Procureur fédéral Julien Moinil a dressé devant le tribunal correctionnel de Charleroi, installé au Lotto Mons Expo en raison de la crise sanitaire, un réquisitoire accablant. Farid Hakimi, le boxeur soupçonné d'être à la tête d'un trafic de cocaïne ainsi que d'une association de malfaiteurs responsable d’une vingtaine d'attaques à mains armées en Hainaut et dans le Brabant wallon, entre 2015 et 2017, encourt une peine de 20 ans de prison. Il n'a aucune circonstance atténuante, a déclaré le procureur.

"Ce boxeur impulsif, qui a basculé dans la criminalité de très haut niveau, reconnait exclusivement des agressions sur des dealers de stupéfiants mais il conteste les agressions sur les travailleurs indépendants", déclaré le procureur.   Une confiscation de 695.000 euros a également été demandée.

Une peine distincte de 28 mois de prison a été requise pour une agression dans une boite de nuit. Le boxeur a frappé un jeune homme, dont l'incapacité de travail a dépassé quatre mois.

Les informateurs également dans le viseur de la justice

Le Procureur fédéral veut punir sévèrement ceux qui attendent leur butin après avoir informé les malfrats. Il a réclamé des peines sévères contre les deux hommes qui auraient informé Farid Hakimi sur des coups à réaliser. 

Le Procureur a ainsi requis une peine de cinq ans contre Lorenzo S., qui aurait donné des informations pour une attaque chez le patron de son père, à Bernissart, en juin 2016, soit trois mois après avoir bénéficié d'un sursis devant le tribunal correctionnel de Tournai. Il aurait aussi donné des informations sur un commerçant de Mouscron car il avait une dette de jeu de 5.000 euros envers Farid Hakimi.

Le Procureur a également requis une peine de 42 mois contre Abdel Abouzgal, soupçonné d'avoir donné des informations pour un home-jacking commis à La Louvière. Le prévenu nie les faits mais, selon le Procureur, la téléphonie prouve son implication.

4 ans + 6 mois + 1 an requis à l’encontre de Stéphane Pauwels

Le Procureur fédéral Julien Moinil a requis mardi une peine de quatre ans de prison contre Stéphane Pauwels qu'il estime être co-auteur d'un vol avec violence commis dans une villa à Lasne, en mars 2017. Une peine de six mois de prison a été requise pour la détention de cocaïne. 

Lundi, l'ancien monsieur football de RTL-TVI avait déclaré qu'il était agacé car Frédéric G. harcelait Vanessa Colassin, sa compagne. Il voulait seulement "lui mettre une baffe". Pour le parquet, cette manière de rendre justice n'est pas acceptable en Belgique, il y a d'autres manières d'agir que d'engager des truands.

Stéphane Pauwels a alors pris contact avec Jamal Ennif, lequel encourt cinq ans de prison ferme, pour "trouver une solution". Pour le parquet, Stéphane Pauwels est responsable des faits commis à Lasne car il a admis le principe que des faits de violence allaient être commis. En outre, il a détenu et consommé de la cocaïne.

Le Procureur a aussi ressenti de la haine dans le chef de Vanessa Colassin à l'égard de Frédéric G., son ancien compagnon. Elle est considérée par le Parquet comme co-auteur des faits commis à Lasne. "Elle mérite une peine d'emprisonnement, je demande une peine de quatre ans de prison et trois mois pour détention de cocaïne".

Enfin, concernant la tentative de corruption, le Procureur en fait une question de principe. Il y a eu entrave à l'instruction. Dix mois de prison ont été requis contre deux hommes et une peine de 20 mois pour Pietro Scarito, déjà condamné de multiples fois par le tribunal et la Cour d'Appel. Pour ce fait, une peine d'un an a été requise contre Stéphane Pauwels.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK