Procès Abbé Kabongo: les CPAS abusés lui réclament des milliers d'euros

La défense a réclamé une peine de travail.
La défense a réclamé une peine de travail. - © JT RTBF

Un prêtre d'origine congolaise jugé pour avoir indûment perçu des allocations de plusieurs CPAS. Jouant sur son double patronyme, l'ancien curé des paroisses de Lives et Loyers est poursuivi pour faux, usage de faux et escroquerie. A ses cotés une épouse est également inquiétée pour les mêmes motifs. Le prêtre avait en effet une double vie. Les CPAS abusés lui réclament plusieurs dizaines de milliers d'euros.

L'abbé Kabongo quitte le diocèse de Kinshasa en 1997. Dès son arrivée en Belgique il va organiser sa double vie, en utilisant son double patronyme. C’est comme cela qu’il entame à la fois une démarche pour obtenir l’asile politique en Belgique et, parallèlement, se fait désigner prêtre dans le diocèse de Namur.

Mais le prêtre a déjà, à l’époque, un enfant, raison pour laquelle il a fui le Congo avec sa compagne. Pour faire face à ses besoins financiers, il va alors se présenter dans différents CPAS, pour obtenir des aides sociales. Les sommes indûment perçues avoisinent les 100 000 euros.

L’accusation reproche au prêtre d’avoir caché aux différents CPAS qu’il percevait un traitement de 1600 euros par mois comme curé.

Pour se défendre, le prêtre avance, aujourd’hui, qu’il n’a cessé d’étudier et que son traitement de curé ne lui permettait pas de faire face à ses besoins familiaux. Une version qui ne résiste pas à l’enquête qui évoque une volonté manifeste d’abuser de la confiance d’autrui.

Le parquet a requis une peine de deux ans d’emprisonnement pour le prêtre, un an pour sa compagne qui a profité de ce système. La défense a réclamé une peine de travail.

Jugement le 18 novembre.

 

Patrick Michalle

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK