Prix quinquennal FNRS pour le professeur Philippe Dubois de l'UMons

Prix Quinquennal FNRS pour le Professeur Philippe Dubois de l’Umons
Prix Quinquennal FNRS pour le Professeur Philippe Dubois de l’Umons - © Tous droits réservés

Philippe Dubois, Vice-recteur à la recherche à l’Université de Mons vient de recevoir une récompense prestigieuse: un des cinq Prix Quinquennaux de la Recherche Scientifique-FNRS. Ces prix récompensent tous les cinq ans des chercheurs exceptionnels de la Fédération Wallonie-Bruxelles ayant apporté des contributions remarquables dans leur domaine.

Et le domaine de Philipe Dubois, c’est la " chimie verte ", autrement dit, une chimie qui se développe dans le respect de l’environnement et du développement durable. Quand on demande au lauréat ce que représente ce prix pour lui, il se dit honoré mais rend immédiatement hommage à ses collaborateurs, rappelant que la recherche est un travail d’équipe, " c’est un honneur collectif !".

L’équipe de Philippe Dubois développe notamment des polymères produits à partir de la biomasse. " On essaie de se débarrasser du carbone fossile, qui vient de notre sous-sol, au profit du carbone qui peut être issu d’excédents agricoles, de végétaux comme du bois, des feuilles mortes, ou encore des algues marines disponibles en très grande quantité ".

Le prix des sciences exactes appliquées

Si le Prof. Philippe Dubois s’est vu décerner le " Prix scientifique Dr A. De Leeuw-Damry-Bourlart en Sciences exactes appliquées ", c’est en raison du très grand nombre de réalisations concrètes sur lesquelles ont débouché ses recherches. " Non seulement, notre laboratoire réalise des recherches en science fondamentale mais elle est aussi orientée vers certains domaines qui permettent des applications". Une quinzaine de brevets sont déjà utilisés dans l’industrie. Et le professeur donne deux exemples. Le premier est la production de matériaux plastiques issus d’excédents agricoles (betterave, blé, maïs), pour faire des boitiers de GSM ou des intérieurs de voitures… Autre exemple : une peinture pour coque de bateau qui réduit l’accumulation d’organismes marins. " Nous sommes parvenus dans les laboratoires de recherche de l’UMons à développer une peinture qui empêche le dépôt de ces encrassements marins, ce qui permet au bateaux de se déplacer plus vite et d’éviter de surconsommer le fuel ".

Mais le chercheur pense déjà aux défis pour l’avenir. Il reste tant de phénomènes à comprendre. " De cette compréhension, viendront des innovations pour lesquelles nous n’avons pas la moindre intuition aujourd’hui…". Et à plus court terme, l’objectif des chercheurs est d’utiliser le carbone qui est dans notre atmosphère, le CO2, et le transformer en matériaux. "Je crois que c’est le challenge pour demain ".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK