Printemps tardif: mauvaise affaire pour les glaciers

Les glaciers n'ont pas la cote
Les glaciers n'ont pas la cote - © RTBF-Hugues Van Peel

La glace n'a pas la cote, en raison du mauvais temps. Les vendeurs ambulants sont les premiers à en souffrir.

L’arrivée très tardive du printemps constitue une très mauvaise affaire pour les glaciers.

Ces derniers jours, les ventes au camion avaient des difficultés à décoller, en raison des températures beaucoup trop basses.

Chez Carette à Ottignies, en un mois, les camionnettes ne sont sorties que cinq ou six fois; c’est beaucoup moins que les années précédentes.

Inutile de dire que le glacier attend, comme partout ailleurs, une remontée du mercure pour retrouver sa clientèle : "D'habitude les camionnettes démarrent début mars, l'une après l'autre. Mais depuis le début du mois de mars, elles sont sorties quatre jours en tout. Avec le changement d'heure cela se met en place petit à petit, et ça fait plaisir. Voir le plaisir dans le regard du client, petit ou grand, rend le métier super agréable."

Hugues Van Peel, Christine Pinchart

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK