Prestation de serment: Rudi Vervoort veut du concret

Charles Picqué et son successeur à la tête de la Région bruxelloise, Rudi Vervoort.
2 images
Charles Picqué et son successeur à la tête de la Région bruxelloise, Rudi Vervoort. - © Belga

Le nouveau Ministre-Président bruxellois Rudi Vervoort (PS) a présenté ce mardi sa première déclaration de politique générale. Lié par l'accord de gouvernement, Rudi Vervoort n'a pas développé d'accents réellement nouveaux, mais a insisté sur les habituelles priorités du gouvernement: emploi, formation et logement, avec une importance accrue accordée à l'enseignement, matière relevant des Communautés.

Rudi Vervoort ne plaide pas pour la régionalisation de l'enseignement. Mais il entend mettre les Communautés devant leurs responsabilités pour développer et améliorer l'apprentissage des langues dans la capitale.
La jeunesse bruxelloise ne peut pas être la génération sacrifiée sur le double autel de la crise économique et de la complexité institutionnelle, a souligné le nouveau Ministre-Président.

La différence est dans la méthode

Pour marquer sa différence, Rudi Vervoort misera sur la méthode. Il compte "fixer des objectifs concrets, agir en concertation et rendre des comptes". Cela se traduira notamment par l'organisation d'un séminaire mobilisant l'ensemble du gouvernement le dernier Week-end de mai. Une manière d'afficher son volontarisme, à défaut de pouvoir imprimer sa griffe sur l'action gouvernementale.

Se mardi matin, avant de se rendre chez le Roi, Rudi Vervoort avait prêté serment devant le parlement bruxellois. La séance a été prolongée de plus d'une heure par des hommages et cadeaux venus de tous les groupes parlementaires, hormis la N-VA, à l'attention du ministre-président sortant Charles Picqué qui a pris place, comme député, au sein du groupe socialiste.

Parmi ceux-ci, l'éloge d'Elke Roex (sp.a) tranchait singulièrement avec l'attaque en règle du ministre socialiste flamand Pascal Smet. A quelques heures de la Fête de l'Iris, celui-ci avait jugé que les seuls mérites de Charles Picqué remontaient aux premières années de la création de la Région bruxelloise, car par la suite, il n'a selon lui pu faire autre chose que de gérer "une boutique", incapable de rentrer dans la "bagarre" politique".

Reprenant le qualificatif de "maître-bâtisseur" emprunté à Walter Vandenbossche (CD&V), Elke Roex a souligné que Charles Picqué avait certes souvent travaillé à l'abri, mais avec le zèle des fourmis qui le passionnent et dans un souci permanent de coopération.

On relèvera aussi que le chef de file du Vlaams Belang Dominiek Lootens a également remercié le ministre-président sortant pour le respect dont il a témoigné dans ses réponses aux questions des députés nationalistes flamands.

Au PS, le chef de groupe est désormais Philippe Close, qui remplace Rudi Vervoort. Au parlement de la fédération Wallonie-Bruxelles, Anne-Sylvie Mouzon remplira cette fonction.

P.Carlot et Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK