Presles : champs piétinés, sacs remplis de bulbes… La cueillette de jonquilles sera-t-elle interdite au château ?

Presles : les jonquilles du parc, victimes de leur succès
4 images
Presles : les jonquilles du parc, victimes de leur succès - © Tous droits réservés

C’est une tradition centenaire, au moins. Chaque année, au moment de la floraison des jonquilles, le Comte d’Oultremont, propriétaire du château de Presles, ouvre les grilles du parc au public pendant 15 jours. Une partie des 200 hectares du domaine est alors offerte à la promenade et à la cueillette. Une cueillette raisonnable limitée à un bouquet.

Cette année, le parc ouvert a connu une affluence inédite et, malheureusement, cela n’a pas été une bonne expérience. Les tapis de jonquilles ont été pris d’assaut, certains arrachant même des bulbes par centaines. Sans compter les détritus abandonnés sur les parcours offerts au public. Fâché dans un premier temps et dorénavant surtout déçu par les gestes inciviques, le Comte d’Oultremont pourrait interdire la cueillette à l’avenir.

"Trois facteurs ont influencé une affluence inédite"

"Il y a d’abord eu une météo particulièrement clémente, explique le Comte d’Oultremont. Ensuite, il y a les mesures Covid et ces confinements qui poussent tout le monde à chercher à s’aérer. Enfin, il y a les réseaux sociaux. Tout le monde cherche un endroit de balade. Les gens ont vu qu’au château de Presles, on pouvait encore cueillir des jonquilles. Et ils sont venus par centaines. J’ai vu des gens de Tournai. J’ai même entendu parler le flamand dans le Parc. C’est flatteur, évidemment, d’avoir des gens qui viennent de si loin".

Mais si par le passé certains printemps précoces avaient permis à de nombreux visiteurs d’arpenter les chemins du parc, jamais il n’y avait eu l’affluence de ce mois de mars 2021.

Une situation ingérable

Les règles de cueillette sont définies. Une cueillette raisonnable. Ce qui revient à un bouquet par personne. Le Comte précise : "Les sacs, les paniers, sont interdits. De même, on ne peut pas prélever de bulbes. Malgré cela, on a vu des gens avec des sacs entiers remplis de fleurs et de bulbes. Les champs de jonquilles ont été piétinés. Ce que nous voulons, c’est permettre aux gens d’accéder au parc du château pour profiter du spectacle et emporter quelques fleurs. Là, ça a été trop loin. Mais nous n’avons pas force de police. Et les gens qui viennent ne savent pas que nous sommes les propriétaires. À part faire des remarques et nous faire insulter, nous n’avons pas eu grande influence".

D’abord fâchés ensuite déçus

Le Comte d’Oultremont et son épouse ont dans un premier temps été très fâchés. Mais aujourd’hui, c’est plus la déception qui les anime : "Nous tenons absolument à maintenir l’accès au parc à l’occasion de la floraison des jonquilles et nous pensons que la commune y tient aussi. Et peut-être qu’un soutien de policiers en civil, à l’avenir, permettrait d’éviter que la situation de cette année se reproduise. Nous allons consulter des botanistes afin de mesurer l’ampleur des dommages qu’ont pu connaître les champs de jonquilles et le temps nécessaire pour que ces massifs se régénèrent. Peut-être que pendant un an ou deux ou plus, il faudra interdire la cueillette. Mais le parc restera ouvert pour la floraison des jonquilles. Une belle balade, en prenant les fleurs en photos, c’est aussi très agréable. En amasser pour rentrer chez soi, ce n’est pas indispensable".

Archives JT du 28/03/2021 - Cueillette des jonquilles: des règles à respecter

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK