Près d'un ménage bruxellois sur deux n'a pas de voiture

45% des bruxellois n'auraient pas de voiture selon les derniers chiffres de l'IBSA
45% des bruxellois n'auraient pas de voiture selon les derniers chiffres de l'IBSA - © Tous droits réservés

L'Institut Bruxellois de Statistique et d’Analyse vient de publier les chiffres-clefs relatifs à la population de la région. On y apprend ainsi que désormais, 45% des ménages bruxellois n'ont pas de voiture. Ils seraient même deux fois plus nombreux, dans ce cas, qu'il y a quinze ans. En comparaison, seuls 17% des ménages belges n'ont pas de voiture (13% en Flandre et 15% en Wallonie). Cette évolution des modes de déplacement des bruxellois n'est pourtant pas une surprise. Elle se constate d'ailleurs dans d'autres grandes villes. A Paris (intra-muros), par exemple, 60% des ménages ne disposent d'aucun véhicule. La densité de population et les problèmes de circulation n'y sont évidemment pas étrangers.

Les jeunes bruxellois choisissent volontiers d'autres modes de déplacement

Il ne faut pas aller bien loin pour rencontrer ces bruxellois qui n'ont pas de voiture. Dans l'une des principales artères commerçantes du centre-ville, nous rencontrons ces trentenaires, qui vivent à Bruxelles, sans voiture et n'ont parfois pas de permis de conduire! "Ma copine et moi, on avait une voiture avant mais on l'utilisait peu et cela coûtait cher(...) Je me déplace uniquement avec les transports en commun, avec Uber ou à pied",

"Avec les embouteillages, les temps de déplacement sont très longs en voiture et puis il y a le problème du parking, je n'ai pas les moyens d'avoir d'avoir une voiture, alors parfois, je loue une voiture partagée et cela me convient".

Anne Franklin, spécialiste mobilité à L'IBSA, n'est pas étonnée par ces réactions. Elles confirment la tendance qui se dessine depuis plusieurs années déjà. Les jeunes bruxellois ont désormais tendance à acheter leur voiture plus tard, quand ils en ont besoin pour transporter leur famille ou pour des raisons professionnelles. Ils se décident aussi tardivement à passer leur permis de conduire, car souvent, ils n'en voient pas la nécessité. 

La voiture coûte cher et les alternatives existent

Par choix ou par obligation, les bruxellois se déplacement donc autrement. Selon cette spécialiste de l'IBSA, les bruxellois diversifient désormais leurs modes de transport. Ils sont de plus en plus nombreux à opter pour les transports en commun, les voitures partagées ou le vélo. Le prêt informel d'un véhicule, dans la famille ou entre copains, devient de plus en plus naturel. Et ce n'est bien sûr pas un hasard si la STIB a enregistré une hausse de sa fréquentation de 8% en 2017.

Car dans toutes les communes bruxelloises, les ménages renoncent à la voiture. Une tendance particulièrement nette à Bruxelles-ville, Saint-Gilles, Molenbeek-Saint-Jean ou Forest. Rien de plus normal, selon Anne Franklin, on y constate aussi de très forte densité de population.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK