Premier conseil et premier clash à Grez-Doiceau

Alain Clabots et la bourgmestre sortante Sybille de Coster-Bauchau.
2 images
Alain Clabots et la bourgmestre sortante Sybille de Coster-Bauchau. - © RTBF

Mais pas là où on l'attendait… Certes, Alain Clabots a prêté serment comme nouveau bourgmestre. Ecolo ayant préféré finalement une alliance avec lui plutôt qu'avec Sybille de Coster-Bauchau.

Sans faire de grande vague hier, l'ancienne bourgmestre s'est installée dans les rangs de l'opposition. Une opposition dans laquelle on retrouve un autre groupe : "L'Equipe". Une formation de tendance socialiste qui compte deux représentants. Et lundi soir, si le conseil a été animé, c'est surtout à cause des deux élus de cette liste, qui se sont disputés en pleine séance.

"Cette fois-ci, je m'en vais ! Faut pas exagérer ! Cela fait deux mois que c'est comme ça ! Qu'il prenne la parole, je lui la laisse !" La haine dans le regard, Pascal Tollet quitte la salle, désavouant son collègue Nicolas Tancredi devant des conseillers et un public médusés.

Nicolas Tancredi, tête de liste d'une "Equipe" aujourd'hui divisée, prend alors la parole, la gorge nouée : "Je suis particulièrement triste ce soir…"

Quelques heures plus tôt, un tiers de ses colistiers réclamait le départ de Nicolas Tancredi, l'accusant d'avoir été un mauvais leader et un piètre négociateur face à Ecolo. L'intéressé n'a que quelques semaines pour rétablir la paix du ménage. "Je devrai en discuter mais de manière collégiale, avec tout le monde."

En dépit de quelques flèches tirées sur Ecolo… "C'est ce non-respect de la parole donnée qui nous choque profondément ce soir", commente Sybille de Coster-Bauchau. La bourgmestre sortante a finalement joué l'apaisement après sept semaines de tension. "Il faut partir de façon digne. Je pense que c'est ce que j'ai fait."

"Nous espérons aussi qu'elle (Sybille de Coster-Bauchau, NDLR) restera tout à fait constructive et qu'elle viendra avec des propositions", ajoute l'Ecolo Laurent Francis, premier échevin.

Autre souhait, celui de Pascal Goergen, échevin DéFI Citoyen: "Je ne veux plus qu'il y ait deux pôles qui s'asphyxient, au détriment des Gréziens".

Soulagé de retrouver l'écharpe maïorale, Alain Clabots conclut : "Soyons tous constructifs, efficaces et réalistes ! Bonne soirée à tous et dès à présent : meilleurs vœux pour 2019 !"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK