Pourquoi l'A8 reste plus longtemps glissante que les autres autoroutes ?

Illustration
Illustration - © Michel Krakowski

L’autoroute qui relie Bruxelles à Tournai met souvent plus longtemps à être dégagée que d’autres tronçons autoroutiers comme la E42. Le constat est d’autant plus curieux qu’elle ne bénéficie pas d’un traitement différent que les autres voies : les services de déneigement n’y passent pas moins qu’ailleurs.

 Et pourtant les usagers réguliers de l’A8 savent qu’en hiver c’est le parcours du combattant particulièrement  sur le tronçon entre Ath et Tournai. 

Le Service Public de Wallonie est d’ailleurs bien conscient du problème mais il ne peut pas faire grand-chose car l’origine est à la fois physique et chimique : il faut une circulation suffisante pour que le sel agisse, plus le trafic est important mieux le sel produit son effet.  En d'autres mots, l'A8 souffre donc d'une fréquentation insuffisante.

Autre élément : l’A8 est fort exposée aux courants d’air en raison du peu de végétation bordant  cet axe et ce vent contribue parfois à la formation de congères. Vous ajoutez enfin le revêtement drainant qui retient l’eau en surface,  ce qui peut favoriser également l’apparition de verglas. 

La cause des problèmes sur  l’A8 en période hivernale est donc à chercher dans la conjugaison de ces divers facteurs.  Mais ces explications ne consoleront sans doute pas les utilisateurs habituels de cette autoroute.

Vincent Clérin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK