Port du masque dès 6 ans : la bourgmestre de Courcelles rappelle avoir déjà imposé des règles ensuite "imposées par arrêtés ministériels"

Les moins de 12 ans échappent encore au port du masque obligatoire dans notre pays. Ils peuvent pavaner le visage découvert dans les lieux fermés ou à l’école partout… sauf à Courcelles. La bourgmestre de cette commune proche de Charleroi avait d’abord décidé de rendre obligatoire une couverture faciale pour les plus petits enfants avant de rendre cette obligation plus souple. Après la rentrée de ce 16 novembre, la mesure semble avoir été adoptée par une majorité de parent.

83% des élèves scolarisés dans une école située sur la commune de Courcelles sont venus parés de leur masque ce matin de rentrée après des vacances de Toussaint étendues d’une semaine. En cause : la décision de la bourgmestre libérale Caroline Taquin de rendre le masque obligatoire dès six ans dans les écoles de sa commune, qui a créé la polémique tout le week-end. Ailleurs, le masque n’est obligatoire qu’à partir de 12 ans.

Du pour et du contre

Si certains parents se disent favorables à la mesure, elle est loin de faire l’unanimité puisque d’autres ne comprennent pas pourquoi leurs enfants doivent porter le masque à l’école. D’autant que sur le sujet, bien que le flou persiste autour de la transmission des enfants du virus, les pédiatres sont formels : rendre le masque obligatoire pour les plus petits des Belges est infondé. C’est pourquoi certains parents ont d’ores et déjà signé une lettre pour s’opposer à cette obligation.


►►► À lire aussi : Port du masque obligatoire dès 6 ans en France, dès 12 ans en Belgique : et ailleurs en Europe ?


Du côté de la direction de certaines écoles, on ne cache pas non plus son mécontentement. "C’est un petit peu comme toutes les directives dans cette crise. Un jour, il faut mettre quelque chose en place et une semaine passe, il faut démonter et faire autre chose. Là, franchement, ça devient réellement lourd", se plaint Corinne Rosart, directrice des écoles St-Lambert et St-Luc de Courcelles.

Seulement 17% d’enfants n’ont pas porté le masque ce lundi

Cela n’empêche pas les autorités communales de se réjouir de l’adhésion de la population à la mesure. Sur sa page Facebook, la bourgmestre a tenu à "saluer les parents, les enfants et le personnel enseignant qui a suivi les consignes communales". Elle communique aussi une première évaluation du respect de la mesure et déclare que 83% des élèves de moins de 12 ans ont porté le masque à l’école ce lundi.

Première évaluation au sein de nos écoles : 83 % des enfants portent le masque 17% comportent le choix du parent...

Posted by Caroline Taquin Bourgmestre on Monday, 16 November 2020

Il faut néanmoins noter que c’est bien une obligation que de porter le masque pour les enfants, ils doivent se plier à la mesure. Une exception existe toutefois s’ils disposent d’une attestation signée par les parents pour échapper au port du masque. Cette exception n’était pas prévue à l’origine. Ce sont les autorités qui sont revenues sur leur décision d’une obligation stricte ce 15 novembre, à la veille de la rentrée. "On a adapté la mesure. Parce qu’on ne veut pas que le masque devienne une punition ou alors une source de conflit pour les équipes éducatives, les enfants ou les parents", justifie Johan Pétré, échevin cdH de l’Enseignement de la commune hennuyère.

La bourgmestre estime que plusieurs mesures prises par la communes dès la rentrée de septembre ont été ensuite "suivies par d’autres communes et imposées par la suite par arrêtés ministériels, des protocoles, des circulaires et des arrêtes de police".

"Le Collège communal reçoit de nombreux messages d’encouragement des acteurs de la santé qui saluent cette initiative qui a pour principal objectif d’alléger leur travail pénible au quotidien, de protéger les personnes de tout âge", se rejouit encore Caroline Taquin.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK