Port du masque dès 6 ans à l'école à Courcelles: les parents pourront finalement choisir

Vendredi, la commune de Courcelles près de Charleroi, annonçait l’obligation du port du masque en milieu scolaire dès l’âge de 6 ans. Une mesure prise par la bourgmestre Caroline Taquin et son collège à travers un arrêté de police. Après une levée de bouclier des experts et une lettre de la ministre de l'Enseignement, la commune a fait un (petit) pas en arrière.

La décision a été prise juste avant la rentrée de ce congé scolaire prolongé en raison de la situation épidémiologique de la Belgique. Elle doit entrer en vigueur ce lundi 16 novembre jusqu’au 13 décembre. 

Après un avis contraire des experts et un rappel des règles de la ministre de l’Enseignement en FWB, la commune fait finalement un petit pas en arrière sur cette obligation, même si l’échevin de l’Enseignement Johan Petré persiste sur l’utilité sanitaire de cette mesure : "Nous avons écouté et réfléchis : ce n’est pas une décision facile pour les décideurs, les enseignants, les enfants ainsi que les parents".

La commune a donc décidé de lever l’obligation et met en place une exception pour les parents qui ne souhaiterait pas le faire porter à leur enfant.

"On comprend bien le parent qui est contre la mesure, une attestation de responsabilité sera donc à signer par le responsable légal de l'enfant", poursuit l'échevin.

Caroline Désir remet les points sur les "i"

Dans une lettre dont la RTBF a pu prendre connaissance, la ministre de l’Enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) Caroline Désir a rappelé à l'ordre la bourgmestre de Courcelles et lui a rappelé l’impossibilité d’imposer le masque buccal dès 6 ans dans les établissements scolaires:  "Je vous prie de vous conformer strictement à la Circulaire 7817 organisant la vie scolaire en contexte de crise sanitaire Covid-19, laquelle ne prévoit le port du masque que dans les contacts entre adultes"

"Votre décision porte atteinte de manière disproportionnée à l’équilibre établi, avec les dangers que cela comporte en termes de santé mentale et de développement psychosocial des enfants (un des nombreux facteurs définis par l’OMS dont vous ne semblez pas vouloir tenir compte) et sans qu’un gain réel puisse être obtenu sur le plan de la santé publique. 

Vous ne démontrez d'ailleurs pas en quoi la transmission du virus dans l’entité de Courcelles et dans chacune de ses écoles serait à ce point intense qu’elle nécessite des mesures beaucoup plus restrictives que dans l’ensemble des autres écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ce qui renforce le caractère disproportionné de la mesure (un autre facteur de l’OMS qui n’est pas respecté par votre décision). 

Pour le reste, vous restez en défaut de démontrer en quoi obliger les enfants de moins de 12 ans à porter le masque serait de nature à atteindre l’objectif que vous entendez poursuivre, à savoir faire diminuer le nombre de contamination aiguës dans la société", écrit notamment la ministre.

Nous pensons que c’est une mauvaise mesure

Le pédiatre Pierre Smeesters le disait samedi : "Les adolescents jouent un rôle quand il y a une haute transmission du virus. Par contre, pour les 6-12 ans, il n’y a pas de signaux d’une transmission significative. L’efficacité du port du masque par ces tranches d’âge n’est pas démontrée. Il n’y a pas de raison objective d’imposer le masque dans cette tranche d’âge et il y a même des données qui montrent que ça peut être difficile à implémenter", réagit le chef du service pédiatrie de l’Hôpital Reine Fabiola et infectiologue. "L’imposer, nous pensons que c’est une mauvaise mesure", terminait-il.


►►► Les enfants portent trop mal le masque pour que ce soit efficace, selon les études pointées par le RAG


 

Journal télévisé de 19h30 le 14/11 :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK