Pont-à-Celles propose le télétravail à son personnel : une première en Wallonie selon la commune

Le télétravail s'invite également dans les administrations communales wallonnes. Pont-à-Celles va proposer cette possibilité à ses employés dès le 1er janvier 2020. Selon la commune hennuyère, il s'agirait d'une première en Wallonie.
2 images
Le télétravail s'invite également dans les administrations communales wallonnes. Pont-à-Celles va proposer cette possibilité à ses employés dès le 1er janvier 2020. Selon la commune hennuyère, il s'agirait d'une première en Wallonie. - © Tous drtoits réservés.

Le télétravail permet aux employés exerçant certains métiers de réaliser certaines tâches à domicile. Une opportunité venue à la base des entreprises privées. Mais le projet managérial s’invite de plus en plus dans les services publics. Déjà d’application en Flandres et en Région bruxelloise, la commune de Pont-à-Celles dans le Hainaut a décidé de se jeter à l’eau.

L’initiative a été lancée par la responsable du service population. "Simplement, j’étais en train de discuter avec le directeur général de l’administration", explique Isabelle Quinet. "Et c’est venu comme ça en fait. L’idée, c’était de développer ce type d’offre chez nous. L’avantage est d’éviter des frais et du temps de déplacement inutile. J’avais déjà pu bénéficier de cette opportunité avant. Et donc, ça coulait de source pour moi".

Pont-à-Celles va proposer cette possibilité à ses employés dès le 1er janvier 2020. Selon la commune hennuyère, il s’agirait d’une première en Wallonie. La Région wallonne – via le cabinet du ministre des Pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne – nous confirme que le conseil communal local a adressé un courrier à l’organe de tutelle. "Impossible d’affirmer qu’elle est la première commune", nous indique-t-on au cabinet. "Mais c’est bien la première qui en fait la demande officielle".

Quid du service à la population ?

130 personnes – hors personnel scolaire – sont employées par l’administration. Certaines pourront bientôt travailler de chez elles occasionnellement. Mais tous les métiers ne sont pas concernés. Les emplois administratifs étant privilégiés. "On pense que des collaborateurs qui sont épanouis réalisent d’autant mieux leur travail", explique Gilles Custers directeur général de l’administration communale. "Le télétravail peut améliorer le service rendu à la population car il sera organisé seulement à partir du moment où il est possible pour les services".

Pour Emilie Hilt, chargée de communication, la formule a plusieurs avantages : "Il y a de plus en plus de personnes qui habitent loin de la Maison communale. Certaines font plus de 50 kilomètres pour venir travailler ici. Et donc pour elles, le télétravail peut être un plus au niveau du confort de vie personnel, du coût humain et financier des trajets et c’est aussi une petite récompense".

Une opportunité basée sur la confiance

Les employés pourront bénéficier d’un à deux jours de télétravail par semaine. "Moi je compte bien profiter de l’offre, et je vais permettre la pratique à mes collaborateurs", explique Martin Losseau responsable du pôle travaux. "Cela fonctionnera sur la confiance. Les personnes devront dire la tâche qu’ils comptent exécuter. Et puis, celle-ci sera vérifiée par le responsable. Mais le maître-mot sera la confiance".

Quant à la Région wallonne, elle confirme sa volonté future de développer le télétravail dans les administrations communales. C’est inscrit dans la DPR, la Déclaration de Politique Régional. Le cabinet de Pierre-Yves Dermagne compte d’ailleurs travailler sur cette opportunité offerte aux employés lors de cette législature.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK