Pollution dans la Senne: le jugement dans le dossier Aquiris est reporté

En 2009, la station avait été mise à l’arrêt pendant plusieurs jours, causant des problèmes environnementaux importants.

L’affaire à l’époque avait fait grand bruit, rappelle le quotidien Le Soir d’aujourd’hui. L’exploitant de la station, Aquiris (filiale de la multinationale française Véolia), décide le 8 décembre 2009 d’arrêter la station d’épuration au nord de Bruxelles. Les eaux usées sont alors déversées pendant plusieurs jours dans la Senne.

Les images de cette pollution dans tous les médias ont profondément choqué l’opinion publique.

L’origine du conflit remonte au cahier des charges imposé par la Région bruxelloise lors de l’appel d’offres.

Selon l’exploitant, la description des eaux usées ne reflète pas la réalité. Les eaux sont bien plus chargées en polluants, en sable et en débris que ce qui était initialement prévu. Ce qui entraîne d’importants coûts d’exploitation. La société française a donc finalement porté plainte contre la Région.

Quel sera le jugement ? Soit la Région est condamnée et devra alors dédommager Aquiris à hauteur de 42 millions d'euros. Soit, au contraire, l'exploitant devra dans les 18 mois mettre la station d'épuration en conformité avec le cahier des charges sous peine d'astreintes de 10 000 euros par jour de retard.

Le coût total des travaux est quant à lui estimé à plus de 100 millions d'euros.

Miguel Allo

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK