Polémique autour de la mission économique en Thailande

Prince Philippe en Mission economique  en Thailande
Prince Philippe en Mission economique en Thailande - © Tous droits réservés

Le député bruxellois FDF Emmanuel De Bock s'étonne de l'importance de la délégation de la Région dans cette mission emmenée par le Prince Philippe. Il parle d'un gaspillage indécent... Et c'est Céline Frémault, la toute nouvelle ministre bruxelloise du Commerce extérieur qu'il vise en particulier.

Cette mission s'apparente plus à du tourisme économique et cela coûte trop cher, selon le député bruxellois... Emmanuel De Bock avance le chiffre de 11 000 euros de frais de voyage et d'hôtels rien que pour la ministre et le chef de l'administration bruxelloise... Pour lui, "c'est juste du gaspillage car il n'y aura quasiment pas de retour sur investissement, les exportations de Bruxelles vers la Thaïlande, ne pesant en 2011 que 0,4 % des exportations belges."

Emmanuel De Bock demande à la ministre de réorienter ses missions économiques vers les pays européens

Ce sont eux, dit-il, qui font l'essentiel du commerce extérieur bruxellois...  Céline Frémault a rapidement réagi à cette attaque en règle.  Elle parle de raccourci simpliste et justifie sa présence au côté du Prince. 

Selon elle, si elle est là, c'est parce qu'on le lui a demandé, citant entres autres les entreprises bruxelloises qui sont elles aussi du voyage et qui prospectent le marché local... Céline Frémault ne participe qu'à une partie de cette mission économique et elle sera, en tout, partie trois jours.

Répartir les rôles entre les différents représentants du pays

L'Agence fédérale du commerce extérieur aussi souhaitait la présence de la ministre bruxelloise ce mardi dans le cadre d'une répartition des rôles entre les représentants du pays. Le Prince, quant à lui, doit toujours travailler sous le couvert de représentants gouvernementaux.

Pierre Vandenbulcke

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK