Polémique à Bruxelles : accusée de discrimination contre les gens de couleur, la terrasse 02 nie

Dans une vidéo qui fait le buzz depuis ce week-end sur les réseaux sociaux, un Bruxellois de 33 ans affirme avoir été témoin de discrimination à l’entrée de la terrasse 02, à Watermael-Boitsfort.

Le 17 juin dernier, celui qui se fait appeler Paul Newman, avait réservé une table pour assister avec deux amis comme lui d’origine africaine, au match Belgique-Danemark. Le jeune homme avait déjà fréquenté établissement à plusieurs reprises dans le cadre de ses activités commerciales et ce jour-là, raconte-t-il, le portier le laisse entrer mais signale que ses amis ne pourront revenir sans carte de membre. Une carte de membre dont il n’a jusque-là jamais entendu parler.

Dans sa vidéo mise en ligne un peu plus tard, il dénonce plusieurs faits qui tendent à démontrer que la Terrasse pratique de la discrimination à l’égard des gens de couleur. Contacté par la RTBF, Paul Newman s’explique :"Je suis un jeune entrepreneur, je suis noir, est-ce que je me tais ou est-ce que je dénonce ce que je viens de voir ? Je comprends qu’on refuse l’accès à quelqu’un qui n’a pas réservé, ou si l’établissement est plein... mais là, quels sont les critères ?"

La Terrasse 02 nie toute discrimination à l’égard des gens de couleur

Face à ces accusations de racisme, la direction de la Terrasse a tenu à les démentir. Son porte-parole y voit une explication : "Ce monsieur a souhaité établir un partenariat avec notre établissement. Il a été éconduit et depuis, il tente de ternir notre réputation". Des allégations à leur tour démenties par le principal intéressé qui dit avoir renoncé à tout projet avec l’établissement suite aux incidents.

Quoi qu’il en soit, la vidéo publiée sur le compte Instagram du jeune bruxellois a déjà été vue près de 75.000 fois et suscite de nombreuses réactions de personnes affirmant s’être vues refuser l’accès à des bars ou des dancings bruxellois en raison de leurs origines. Un phénomène déjà dénoncé par le passé mais qui serait toujours d’actualité en 2021, même si comme le remarque Patrick Charlier, codirecteur d’Unia (le centre interfédéral pour l’égalité des chances) : "Les dossiers de discrimination dans l’Horeca sont aujourd’hui moins nombreux qu’il y a quelques années."

La discrimination dans l’Horeca pourrait rebondir devant le parlement bruxellois

Le témoignage de Paul Newman a ému le député Ecolo bruxellois, Kalvin Soiresse Njall. Ce parlementaire d’origine togolaise se souvient avoir été repoussé à l’entrée d’un dancing, il y a quelques années. "On m’a refoulé d’une boîte de nuit alors que mes amis qui avaient une autre couleur de peau pouvaient entrer sans problème. Le délit de faciès ne concerne pas que la police ou le logement. Mais c’est évidemment très difficile à prouver car il s’agit parfois de subterfuge comme la carte de membre ou le dress code, qui servent de filtre à l’entrée."

Selon ce parlementaire, il ne s’agit pas de cas rares ou anciens mais d’une réalité dont il entend parler tous les jours à Bruxelles.

Kalvin Soiresse Njall compte d’ailleurs interpeller prochainement à ce sujet, Nawal Ben Hamou, secrétaire d’État régionale à l’égalité des Chances.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK