Point sur la vaccination à Bruxelles : l'attention portée sur les personnes sans-abri et les travailleurs du sexe

Chaque début de semaine, la Cocom, l’organe qui gère l’épidémie de coronavirus en Région bruxelloise, dresse le bilan de la campagne de vaccination. Depuis quelques semaines, les autorités mettent le focus sur les milieux moins favorisés où la couverture vaccinale est moins importante.

Dans ce cadre, des opérations de vaccination de proximité avaient été lancées sur le marché de Molenbeek et dans des quartiers de Saint-Josse. Via ces initiatives, au total, 300 personnes ont été directement vaccinées dans les centres locaux des deux communes. "Un succès", selon Inge Neven, la responsable régionale du dispositif covid à Bruxelles, "L’opération va être répétée ce jeudi 27 mai et nous réfléchissons à la reproduire à Saint-Gilles dans les prochains jours".

132 personnes sans-abri vaccinées

En trois jours, 132 personnes ont été vaccinées par des équipes mobiles dans différents centres d’accueil d’urgence, squats, structures d’hébergements non agréées et maisons d’accueil agréées. Lors des visites des équipes mobiles, 44 % des personnes rencontrées ont accepté la piqûre. Ces vaccinateurs mobiles utilisent le vaccin Johnson & Johnson qui nécessite un seul passage.

La Cocom indique également prendre activement contact avec d’autres groupes précarisés comme les travailleurs du sexe et les sans-papiers. Leur vaccination devrait en principe commencer dans le courant de la semaine prochaine. L'objectif est qu'elles et ils soient protégés d'ici au 9 juin, date annoncée de la reprise de leur secteur.

59.000 doses prévues pour la semaine du 24 mai

La Région bruxelloise a prévu l’administration de 59.000 doses de vaccins cette semaine, principalement des deuxièmes doses. Pour le moment, près de 392.000 Bruxellois ont reçu au moins une dose. La semaine prochaine sera probablement une semaine record, indique Inge Neven. Une importante livraison de vaccin Pfizer-BioNTech est attendue dans les centres de vaccination de la capitale. Selon les chiffres communiqués par la Cocom 68.500 personnes devront en effet recevoir une injection lors de la semaine du 31 mai.

Pour le moment, les personnes pouvant prendre rendez-vous doivent avoir 41 ans ou plus. Les personnes de 36 ans et plus peuvent quant à elles s’inscrire sur liste d’attente.

Et la 3e dose ?

Pour prolonger l’effet du vaccin sur l’organisme, il se pourrait qu’une troisième dose soit nécessaire. Les autorités réfléchissent donc activement à la mise en place de cette troisième phase de vaccination a expliqué Inge Neven. "Nous regardons comment nous pouvons commencer si cette troisième phase s’avère nécessaire. Nous sommes prêts à le faire dans des centres de vaccination qui vont rester. Et également par l’intermédiaire de collectivités comme les médecins du travail, les médecins scolaires ou les médecins généralistes par exemple. Ce sera peut-être une situation hybride. Les réflexions sont en cours. Rien n’est décidé", a conclu Inge Neven.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK