Plusieurs enseignants temporaires non payés en septembre

Des enseignants temporaires non payés
Des enseignants temporaires non payés - © RTBF

Des dizaines de professeurs n’ont toujours pas été payées ce mois-ci. En province de Liège, dans le Hainaut, et même dans le Brabant Wallon, ces enseignants n’ont pas touché leur salaire du mois de septembre. A qui la faute ? Les écoles et l’administration de la Fédération Wallonie-Bruxelles se renvoient la responsabilité.

A l’athénée de Vauban à Charleroi, 28 professeurs non nommés sont concernés par des retards de paiements. Certains ont été payés partiellement, d’autres n’ont rien reçu du tout. "Logiquement, nous recevons nos fiches de paye le 25 du mois pour être payé le dernier jour ouvrable", souligne Séverine Lambot, enseignante en secondaire. "Sauf que pour l’heure, nous n’avons toujours rien reçu." "On nous avait prévenus qu’au début ça serait compliqué", ajoute Laura Baudouin, professeur de Latin. "Du coup, j’ai rendu mes papiers la première. Je viens le lundi pour faire mes devoirs, remplir mes papiers pour être payée. Je ne suis pas payé et c’est aberrant."
À Liège, 45 professeurs des écoles communales de Herve et de Ferrières sont concernés.

Selon la Fédération Wallonie-Bruxelles, en charge des paiements, il s’agit d’un retard de transmission des données de l’établissement à son administration.

"Je ne crois pas que le problème se situe au sein des établissements", confie Sarah Vanobbergen de la CGSP enseignement. "Ça n’explique pas pourquoi certains sont payés partiellement ou pas. Les documents sont partis en temps et en heure. Il ne s’agit pas de nouveaux agents pour lesquels il fallait créer des nouveaux dossiers. Il n’y a rien qui devrait excuser un retard de payement."

Pour les syndicats, d’autres professeurs du Hainaut, du Brabant Wallon et de Liège seraient également touchés. Les retards de versements de salaires seraient dus à un manque d’effectif au sein des administrations de la Fédération situé dans ces bâtiments, mais aussi un matériel informatique défectueux. La Fédération dément. "Les retards de paiement ne résultent donc en aucune manière d’un manque d’effectif ou d’une rupture de continuité de services", explique Jean-François Mahieux au cabinet du ministre de l’enseignement. Mais ces explications ne soulagent pas les professeurs impactés."Nous allons devoir patienter malheureusement", conclut Séverine Lambot.

Interrogée mercredi en séance plénière du Parlement  sur ces retards, la ministre de l'Education en Fédération Wallonie-Bruxelles Caroline Désir (PS) a indiqué qu'ils concernaient des enseignants de trois écoles, à savoir l'athénée royal Vauban de Charleroi (28 enseignants affectés), ainsi qu'au sein des écoles communales de Herve et de Ferrières (45 enseignants au total).La cause de ces retards est à chaque fois due à des "erreurs humaines", a précisé Mme Désir, soit au sein des établissements, soit au sein de l'administration centrale. La ministre a assuré que les paiements en souffrance seraient régularisés dès la semaine prochaine au plus tard.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK