Plusieurs dizaines d'antennes de la justice de paix pourraient disparaître

Koen Geens aurait l'intention de supprimer 42 justices de paix sur les 229 sièges que compte le pays.
Koen Geens aurait l'intention de supprimer 42 justices de paix sur les 229 sièges que compte le pays. - © Tous droits réservés

C'est le journal Le Soir qui l'annonce ce jeudi matin, en donnant le détail de cette importante réforme de la justice Province par Province.

La rationalisation de la justice de paix fait partie de l'accord gouvernemental. Selon Le Soir, les choses de précisent. Le ministre de la Justice Koen Geens aurait l'intention de supprimer 42 justices de paix sur les 229 sièges que compte le pays actuellement. Les zones rurales seraient les plus touchées.

Le quotidien bruxellois croit savoir que dans le Brabant wallon, c'est le siège de Perwez qui ferait les frais de cette réforme. Et dans la province de Namur, ce seraient les sièges de Rochefort, Eghezée, Philippeville et de Gedinne qui seraient supprimés.

Quelles conséquences pour les citoyens?

Le juge de paix, on le sait, est le juge le plus proche des citoyens. Il traite des questions très quotidiennes, comme les conflits de voisinage, les réclamations vis-à-vis d'un entrepreneur, le surendettement, la collocation des personnes démentes…

Si ces mesures se confirment, c’est toute la justice de proximité qui se verrait ainsi amputée d’une partie importante de ses ressources. Le justiciable, quant à lui, devrait faire plus de kilomètres pour aller voir le juge.

Pourquoi modifier un système qui fonctionne bien?

"On le sait, la difficulté est dans l’air du temps, déclare Philippe Aoust, le Président des juges de paix de la Province de Namur. On parle de suppression au niveau des bureaux de poste, de suppression de certaines petites gares… On semble clairement privilégier un calcul purement budgétaire et enlever de la proximité."

Philippe Aoust ne le cache pas, il est inquiet. Et ne comprend pas non plus : pourquoi détricoter des modèles qui font leurs preuves ? "A la justice de paix, on peut venir tous les jours glaner des renseignements. C’est quelque chose qui fonctionne très bien ! Sans retard ; qui gère aussi plus de 50% des dossiers traités par la justice. Et malgré cela, on veut la réformer. Cela fait peur, oui…"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir