Pas de piscine au Bois des Rêves : la Province renonce au projet pour réaliser des économies

Surprise jeudi soir lors du conseil provincial du Brabant wallon. Le Collège a décidé de renoncer à son projet de piscine au Domaine ottintois. L’idée était de relifter le centre aquatique.

Mais ce ne sera pas le cas. Le coût des travaux et les frais de fonctionnement à court et moyen terme ont été jugés trop lourds dans ce contexte de crise sanitaire et économique. La prudence budgétaire est de mise et aura eu raison d’une nouvelle grande piscine extérieure au Bois des Rêves.

Un site très prisé en été…

Les habitués de la piscine et de la pataugeoire du Domaine provincial situé à Ottignies vont être déçus, très déçus. Elles attiraient chaque année durant les deux mois d’été des milliers de familles, bien au-delà du Brabant wallon. Le complexe aquatique extérieur avait été inauguré en 1995. Pendant près de 25 ans, des milliers d’enfants habitant la région y ont passé des longues journées ensoleillées.

Mais il y a quelques années, le couperet est tombé. Les deux bassins avaient besoin d’être reliftés et surtout d’être mis aux normes. Sauf que des rénovations se sont alors avérées trop onéreuses. Le centre aquatique est resté ouvert jusqu’au 31 août 2019. Après avoir obtenu le permis, la Province du Brabant wallon a fermé le site. Les premiers travaux de démolition devaient bientôt commencer et se poursuivre dans années à venir.

Le projet, estimé à plusieurs millions d’euros, consistait à réaliser une piscine flambant neuve, une nouvelle pataugeoire et un espace de jeux aquatiques, et ce en remplacement des bassins actuels. Mais la majorité MR-PS à la tête de la Province a décidé d’abandonner le projet de piscine. Une décision prise la "mort dans l’âme" dans le cadre du budget 2021 et qui permettra d’économiser plus de 6 millions 500 mille euros.

Un projet enterré à cause de la crise Covid

Pour justifier cette décision importante, le président du Collège provincial du Brabant wallon avance le contexte de la crise Covid qui aura des impacts majeurs sur les finances des pouvoirs publics dans les prochaines années. Il y a le coût des travaux mais pour Tanguy Stuckens, cette piscine sera surtout "un gouffre financier chaque année en entretien et en frais de fonctionnement et cela ne sera plus possible de supporter ces frais dans les années à venir".

L’objectif est très clair : absorber les coûts de la crise Covid et ne pas augmenter les impôts provinciaux du côté de la majorité provinciale. "La décision n’est pas facile à prendre. Mais au regard du contexte budgétaire qu’on connaît elle se justifie", explique Tanguy Stuckens. "Aujourd’hui, au niveau de la Province, on doit mettre nos finances dans une perspective de ne pas augmenter l’impôt. Et c’est ce qu’on vise. Pour des raisons budgétaires à long terme, nous avons décidé de renoncer au projet de piscine tel qu’il était prévu. Cela nous permettra d’économiser plus de 6 millions d’euros de travaux pour une piscine ouverte seulement les deux mois d’été".

Mais l’idée d’un centre aquatique ne serait pas totalement abandonnée. Sil n’y aura pas de piscine, la Province compterait tout de même investir dans des jeux liés à l’eau et réaliser d'autres investissements plus raisonnables.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK