Plombières : Les jeunes, les anciens et les sociétés de carnaval.

La liste du bourgmestre Thierry Wimmer, intitulée URP, Union pour le Renouveau de Plombières, n'affiche aucune couleur politique. L'URP, six sièges, gouverne en coalition avec le CDH, six sièges lui aussi. L'un comme l'autre se disent prêts à retravailler ensemble. Le bourgmestre Wimmer définit d'ailleurs son partenaire comme "fiable" et "loyal"... même si la tête de liste CDH Joseph Austen, soixante-cinq ans, premier échevin, se dit lui aussi candidat bourgmestre. URP et CDH se félicitent de leur politique de communication, de l'extension des écoles de Montzen et de Gemmenich, de la construction d'une crèche, et de la dette communale diminuée. Du côté de l'opposition, Georges Linckens, tête de liste DC (pour Démocratie Communale) n'a pas abandonné la partie. Il critique une politique communale qu'il juge désordonnée et incompétente. Il ferait dit-il moins de bêtises que ses adversaires s'il redevenait bourgmestre. Il n'achèterait pas, par exemple, de lame de déneigement plus large que les chemins à déneiger. L'autre liste d'opposition, c'est un cartel PS - Ecolo emmené par l'ancien premier échevin socialiste Robert Hagen. Il espère revenir au pouvoir en coalition, sans afficher de préférence pour l'un ou l'autre partenaire, mais il reconnaît que travailler avec Georges Linckens serait difficile. PS et DC avaient gouverné ensemble de 2000 à 2006, cette coalition-là s'était déchirée et les blessures d'amour-propre ne sont pas cicatrisées. A Plombières, c'est la présence sur le terrain des candidats qui fait leur popularité. La commune compte plus d'une centaine d'associations, fanfares, chorales, clubs sportifs, colombophiles et sociétés de carnaval. Et c'est aussi là que se construit un réservoir de voix.

François Braibant

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK