Platanes de l'avenue du Port : B. Grouwels qualifie Freddy Thielemans d'irresponsable

Selon une firme spécialisée, quelques 59 arbres de l’avenue du Port sont dangereux et devraient être abattus.
Selon une firme spécialisée, quelques 59 arbres de l’avenue du Port sont dangereux et devraient être abattus. - © Belga

La ministre bruxelloise est à nouveau au cœur d'une polémique autour des désormais célèbres platanes de l'avenue du Port. Brigitte Grouwels estime en effet qu'une trentaine d’arbres, considérés comme très malades, doivent être abattus rapidement. Elle accuse le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Freddy Thielemans, de fuir ses responsabilités et le rend responsable en cas d'accident. Du côté de la Ville, on temporise.

Fin 2011, une firme spécialisée a procédé à l'examen des tous les platanes de l'avenue du Port. Elle recommande l'abattage de 59 arbres considérés comme dangereux. Une petite trentaine de platanes devraient être abattus rapidement, parmi lesquels 11 spécimens présentent des risques imminents nécessitant des mesures d'urgence.

La ministre bruxelloise des Travaux publics, Brigitte Grouwels, a donc écrit au bourgmestre de la Ville de Bruxelles. La ministre demande à Freddy Thielemans de prendre un arrêté de police permettant l'abattage d'urgence des arbres les plus dangereux.

Refus du bourgmestre, qui essuie à présent les foudres de la ministre. Brigitte Grouwels qualifie Freddy Thielemans d'irresponsable. Si un accident survient à cause de la chute d'un platane, le bourgmestre de Bruxelles en assumera la responsabilité, vitupère la ministre des Travaux publics.

Du côté de la Ville, on temporise. Le service des espaces verts a lui aussi examiné les platanes concernés. Et ses conclusions diffèrent de celles de la firme mandatée par la Région. Les arbres souffrent bien d'une maladie nécessitant leur abattage, mais le risque pour la sécurité publique, justifiant un arrêté de police, est inexistant, estime la Ville.

La ministre est donc invitée à introduire une demande de permis d'abattage des platanes auprès de l'administration, selon la procédure normale.

Philippe Carlot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir