Plan Urbain de Mobilité de l'Agglomération de Liège: la réponse du Groupement CHB

L'avant-projet de tracé de CHB de 2005 présenté dans le PUM de l'Agglomération de Liège
L'avant-projet de tracé de CHB de 2005 présenté dans le PUM de l'Agglomération de Liège - © Tous droits réservés

Le Groupement CHB vient de rendre publique sa réponse dans le cadre de l'enquête publique sur le PUM, le Plan Urbain de Mobilité, de l'agglomération de Liège. Cette enquête publique est ouverte jusqu'au 7 janvier prochain.

Faut-il rappeler que CHB est un projet né à la fin des années 1960 et qui prévoit une liaison autoroutière entre la E40 et la E25, entre Cerexhe-Heuseux et Beaufays. Le groupement CHB s'y oppose depuis 35 ans. A l'ouverture de l'enquête publique, il s'était déjà ému de voir le PUM continuer à englober et même valider le projet CHB.

Après analyse des documents, le Groupement CHB a donc concocté sa réponse. Quels en sont les principaux éléments ? "On se rend compte que l'argument principal, au niveau liégeois, c'est que la liaison CHB serait là pour adoucir le trafic local or un trafic local déporté sur une voie extérieure à la ville de Liège n'apporterait en rien un assainissement de la mobilité à Liège.", explique Laurence Falisse, porte-parole du Groupement CHB, "On se rend compte aussi que CHB est mise en lien avec pas mal de nouveaux objectifs comme des pistes cyclables, des nouvelles lignes de bus, etc, mais qu'il n'y a aucune étude qui permet de rendre indépendant la liaison CHB et ces mesures. Autre chose: il y a une superbe étude d'incidence pour appuyer le PUM. Et dans cette étude d'incidence, à maintes reprises, les analyses prouvent que la liaison CHB serait tout à fait néfaste, principalement pour les points environnementaux, mais également pour les points qui concerne la société et l'étalement urbain, qui sont des arguments qu'on défend déjà depuis longtemps avec le Groupement CHB."

Les opposants au projet de liaison jugent donc que le Rapport sur les Incidences Environnementales du PUM leur donne raison. "Mais le Plan Urbain de Mobilité ne paraît pas suivre ce rapport ou en tous cas parait valider la liaison CHB comme postulat de base."

Les opposants critiquent par ailleurs la manière dont se passe le processus de consultation. Jean Peltier est le porte-parole de la plateforme "Occupons le terrain !", dont fait notamment partie le Groupement CHB : "D'abord, la rédaction du document qui est présenté s'est faite à l'intérieur d'une concertation entre bureaux d'étude et bourgmestres de la région avec très, très peu d'interventions d'associations ou de citoyens. Et puis maintenant que ce document est soumis à une enquête publique, on constate que cette enquête laisse peu d'espace d'expression, à la fois parce que le temps est très limité mais aussi parce que, quand la décision politique va devoir être prise au mois de février, les conseillers communaux vont avoir eux-mêmes très peu de temps pour analyser en profondeur un dossier qui représente plusieurs centaines de pages et qui est parfois très, très ardu et très complexe."             

 

             

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK