"Faux taxis" au bois de la Cambre: 23 dossiers ouverts pour viol

Plusieurs jeunes femmes racontent avoir été violées par de faux chauffeurs de taxis dans le Bois de la Cambre (illustration).
Plusieurs jeunes femmes racontent avoir été violées par de faux chauffeurs de taxis dans le Bois de la Cambre (illustration). - © Flickr- Phillie Casablanca

Le parquet de Bruxelles confirme que 23 dossiers ont été ouverts sur base de témoignages de jeunes femmes qui racontent avoir été violées par de faux chauffeurs de taxis dans le bois de la Cambre. Un suspect a été interpellé vendredi mais aucun mandat d'arrêt n'a été décerné. L'instruction se poursuit.

Les jeunes filles qui ont porté plainte sont toutes étudiantes. Elles racontent qu’après avoir passé une soirée arrosée dans le centre-ville, elles ont voulu rentrer en taxi. Montées dans le véhicule, le chauffeur, qui se révèle (d'après les enquêteurs) être un faux chauffeur, les emmène dans le bois de la Cambre où elles sont violées à l'intérieur de l'habitacle.

Les premiers dossiers remontent à 2011 et ne seraient pas le fait d'un seul auteur. "On est à la recherche de trois ou quatre auteurs différents. Il s’agit de personnes qui soit avaient une licence de chauffeur de taxi (mais qui ne l’ont plus), soit qui font usage d’une voiture de taxi mais qui ne sont pas eux-mêmes chauffeur de taxi, ou qui bricolent une voiture pour qu’elle ressemble à un taxi", explique Ine Van Wymersch (porte-parole du parquet de Bruxelles).

Les suspects recherchés n'auraient pas de liens entre eux. Le parquet de Bruxelles demande aux jeunes femmes qui auraient été victimes de tels faits, de porter plainte auprès de la section mœurs de la zone de police de Bruxelles-Ixelles. Même si les faits remontent à plusieurs mois ou plusieurs années.

Le parquet recommande également aux jeunes femmes de commander un taxi, plutôt que d'en héler un en rue. Il est toujours possible de demander à un chauffeur de présenter sa licence. Jusqu'ici, aucun vrai chauffeur de taxi n'a été suspecté par les enquêteurs.

Hélène Maquet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK