Piquet de grève devant la centrale et les dépôts de Mestdagh à Gosselies

Piquet de grève ce vendredi matin devant la centrale et les dépôts de Mestdagh à Gosselies.
2 images
Piquet de grève ce vendredi matin devant la centrale et les dépôts de Mestdagh à Gosselies. - © RTBF

Il y a quelques mois, le groupe Mestdagh annonçait la suppression de 350 emplois, mais pas de fermeture de magasins. Résultat : les employés qui restent craignent d'avoir une charge de travail intenable.

Le bras de fer avec la direction dure depuis des mois. "On veut faire comprendre à la direction qu'aujourd'hui, dans la perspective de la réunion qui est programmée ce vendredi après-midi, on veut vraiment avancer dans le dossier de la restructuration. Maintenant, ça suffit !", explique Fabienne Meulemans, porte-parole du front commun syndical.

"Durant trois jours, on avait déjà fermé les 52 magasins. Aujourd'hui, on commence des actions dans les dépôts. Et si cet après-midi, rien de concret n'est mis sur la table, nous remettrons le couvert la semaine prochaine."

Y a-t-il malgré tout des signes encourageants, de quoi espérer une embellie dans ce dossier à l'arrêt ? "On n'en sait rien. Ils nous ont contactés pour que l'on se revoit. Nous espérons y obtenir des avancées concrètes et avoir des réponses à toutes nos questions. Mais ce n'est pas la première fois que la direction nous fait un appel du pied. Et à chaque fois, nous sommes repartis déçus. On a envie d'y croire mais à un certain moment, on se demande s'ils ont réellement l'intention d'arriver à un accord ou s'ils ne jouent pas tout simplement la montre… Pourtant, il faut avoir un accord pour le 31 décembre, avant les départs à la prépension."

A noter que les magasins Carrefour Market qui restent ouverts malgré la grève ne seront pas approvisionnés.

Grève générale chez Mestdagh - JT 13h - du 16/10/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK