Pipaix: pas de camp pour le patro qui travaille à des animations par tranche d'âge

La décision était attendue par beaucoup de mouvements de jeunes, elle est tombée vendredi: les stages et les camps scout seront autorisés, mais sous conditions et celles-ci ne sont pas anodines : les groupes ne dépasseront pas 50 personnes  et pas d'excursions à l'extérieur. Les camps auront lieu en Belgique ou à 150 kilomètres maximum de la frontière.

Le patro de Pipaix n’organisera donc pas de camp cette année, une décision qui est dans la logique de la philosophie du mouvement puisque leur camp compte habituellement 185 jeunes et accompagnants, on est donc loin de la limite de 50 personnes autorisées. "La spécificité de notre patro c’est que l’on part tous ensemble, petits et grands, ce qui signifie que les grands parrainent les petits.  On trouvait donc vraiment dommage de séparer tout le monde et d’obliger les enfants à garder les distances", confie Louise Debailleul, présidente de ce patro.  "On doit également repenser l’ensemble des activités pour éviter les contacts physiques entre les enfants.  Pour nous le camp c’est vraiment la liberté et donc l’imposition de règles retire amoindrit le côté joyeux d’un camp".  

Du coup les animateurs travaillent sur l’organisation d’animations sur place, à Pipaix, et, limitation du nombre de personnes oblige, par section d’âges :

"Nous sommes en train de mettre les choses en place pour voir ce qu’il est possible de faire par section, ce serait ici sur Pipaix et cela permettrait de limiter le nombre d’enfants par jour tout en permettant d’avoir un petit avant-goût du camp".

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK