Piano-Plage: un parc d'attractions namurois en 2019?

Didier Hodiamont a une idée très précise de ce à quoi ressemblera le parc
Didier Hodiamont a une idée très précise de ce à quoi ressemblera le parc - © Piano-Plage

C'est un projet un peu fou qui verra peut-être le jour d'ici quelques années en province de Namur: un parc d'attractions sur le thème de la musique. Son concepteur est Didier Hodiamont, un habitant d'Anhée qui a créé le spectacle Piano-Plage déjà vu par des milliers de personnes en Belgique et en France. Plusieurs lieux sont à l'étude pour l'implantation du parc. Le coût est estimé à plus de 100 millions d'euros.

On l’a souvent pris pour un fou, mais Didier Hodiamont s’en moque aujourd’hui. Piano-Plage, le spectacle musical qu’il a réussi à monter, a été vu par des milliers de personnes, et pour lui c’est le public qui décide. Alors son parc d’attractions, il y croit dur comme fer. La société qu’il a créée s’est consolidée, elle a trouvé des partenaires, deux groupes bien connus du secteur de la construction. Des banques et un émir du Koweit ont aussi marqué leur intérêt. Et ce ne sera pas de trop pour concrétiser ce projet colossal, estimé à plus de 100 millions d’euros. "Le parc s'appellera 'Les géants de la musique', il comportera une série d'attractions en forme d'instruments, pour s'amuser et pour apprendre", explique Didier Hodiamont.

Le parc à Chevetogne?

Pour l’implantation du parc, plusieurs pistes sont à l'étude. Il est notamment question du domaine de Chevetogne, mais la province de Namur avance prudemment compte tenu de l’ampleur du projet. Elle se dit ouverte à la discussion, mais elle s’interroge sur la détermination des partenaires. Une réunion prévue début septembre permettra peut-être d’y voir plus clair.

En concurrence avec Chevetogne, il y a aussi deux terrains privés à proximité de Namur, la ville verrait d’ailleurs le projet d’un très bon œil. On parle aussi du lac de Falemprise, sur le site de l’Eau d’Heure, sans doute trop coûteux néanmoins car il faudrait construire le parc en partie sur l’eau. Enfin, il y a un autre site à proximité de la butte du lion à Braine-l’Alleud, mais les 25 hectares proposés là-bas sont insuffisants. Il en faudrait 60 pour installer toutes les attractions imaginées pour ce parc hors-du-commun.

Le choix final sera fait en décembre. Mais Didier Hodiamont voit beaucoup plus loin: il pense déjà à l’ouverture du parc au printemps 2019.

Hugues Van Peel

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK