Photos avant-après: découvrez comment Liège a changé au fil du temps

"On ne sait plus s'il neige sur Liège, ou si c'est Liège qui neige vers le ciel"Quand Jacques Brel chantait Liège, il évoquait avec poésie une beauté froide, celle d'une ville chère au coeur des Belges. Liège, tout comme Bruxelles, fait partie de ces villes dont les traits se sont, avec le temps, métamorphosés.

Comment Liège a-t-elle évolué au cours des dernières décennies ? Après avoir réalisé le même exercice dans les rues de Bruxelles, nous avons choisi onze photos d'archives. Objectif : retourner sur les lieux en 2017, exactement au même endroit qu'à l'époque du cliché, et faire une comparaison.

Dans les images ci-dessous, placez votre souris sur le curseur et glissez de gauche à droite pour voyager dans le temps. Attention, le module ne fonctionne pas correctement sur le navigateur Internet Explorer.

La gare de Liège-Guillemins

Depuis 1842 avec la construction de la première gare des Guillemins, le site a connu de nombreux changements. Près de quatre gares différentes se sont succédées en 167 années sur l'ancien site du "Couvent des Guillemites", dont les gares ont hérité le nom.

Du bâtiment de bois d'origine à la construction de la massive "gare la belle époque" construite en 1863, en passant par la "gare moderne" de 1958 démolie 49 années plus tard, c'est finalement en 2009 que s'achève le marathon architectural avec la gare contemporaine du célèbre architecte espagnol Santiago Calatrava. Elle fut construite notamment pour accueillir les nouveaux trains à grande vitesse.

La rue des Guillemins

Avec la construction de la première gare des Guillemins en 1842, l'importance de la présence d'une artère la reliant au quai d'Avroy se fait sentir. Auparavant "rue de la station", elle prend le nom de "rue des Guillemins" vers 1863.

La prison Saint-Léonard

Construite en 1850 sur l'actuelle esplanade Saint-Léonard de Liège, la prison de style néo-gothique fut conçue par l'architecte bruxellois Joseph-Jonas Dumont. Par la suite, elle est considérée trop vétuste, on lui préfère donc la construction d'un nouvel établissement pénitentiaire à Lantin. Elle est ainsi détruite entre 1982 et 1983.

L'hôpital de Bavière

Triste héritage de l'Outremeuse. Construit dans les dernières années du 19e siècle et inauguré en 1895, l'ancien hôpital de Bavière fut jugé trop exigu pour y permettre des soins de qualité et fut abandonné par la suite.

Des bâtiments de l’hôpital, aujourd'hui démolis, ne restent que l'entrée monumentale et la chapelle Saint-Augustin (Notre Dame de Bavière), classées au patrimoine. L’hôpital tombé en désuétude est laissé totalement à l'abandon. Un drapeau en lambeau flotte tristement sur l'entrée de l'édifice, comme symbolisant la paupérisation du quartier.

Si le site a nourri les projets de restructuration les plus fous, à l'image de l'immeuble suspendu de l'architecte liégeois Christian Jehaes, c'est finalement un projet de bâtiments à usage public qui est prévu d'ici à 2020. Après dépollution du site, l'ancienne entrée de l’hôpital de Bavière redeviendrait la polyclinique du CHU, l'église et l'honneur du lieu seraient également restaurés.

En quelques clics, menez vos pas dans l’hôpital abandonné

L’hôpital de Bavière

Rue Ernest de Bavière

Depuis 1916, rien n'est venu troubler les remarquables bâtiments longeant la rue Ernest-de-Bavière. La place de l'Yser qui lui fait face a connu, quant à elle, un complet réaménagement et aspire à devenir "le poumon vert de son quartier".

Passerelle de la régence

La première passerelle de la Régence, terminée dès 1880, a permis de relier le boulevard Saucy avec la rue de la Régence. On l'appelle aujourd'hui "Passerelle Saucy". 

La cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Lambert

Un monument qui finit en munition pour fusil. La place Saint-Lambert a accueilli jusqu'en 1794 les grandes colonnes de la cathédrale de Liège. En pleine période de la révolution liégeoise (1789 à 1794), l'édifice catholique devient un symbole de l'ancien régime à abattre. Sa complète démolition est engagée par les révolutionnaires. Sa toiture et ses plombs sont utilisés pour faire des armes et des munitions. 

Aujourd'hui sur la place centrale de Liège, on peut apercevoir les pylônes métalliques symbolisant les colonnes intérieures de l'ancienne cathédrale.

Vue aérienne de la place St Lambert et son ancienne cathédrale

Place Verte

L'actuelle "rue Joffre" et anciennement "Place verte", accueillait encore à la fin du XIXe siècle "l'Hotel Continental", une immense bâtisse luxueuse avec à son rez-de-chaussée un café-restaurant appelé "Taverne Grüber".

Aujourd'hui, de la place verte d'époque et du majestueux Hotel Continental, il ne reste rien. 

Rue de la Régence

Au croisement des rues de l'Université et de la Régence, on pouvait encore y apercevoir au début du XXe siècle l'enseigne du magasin "Mauguin". 

Place de l'Université (actuelle place du Vingt-Août)

Lors du 20 août 1914, les soldats allemands saccagent les locaux de l'université, incendiant de nombreux bâtiments et assassinant des civils. En commémoration de cet événement, la place de l'Université revêt son appellation contemporaine "Place du Vingt-Août".

Et pourquoi ne pas redécouvrir ces lieux lors de votre prochaine balade dans Liège ? Pour vous repérer, voici une carte interactive reprenant les lieux photographiés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK