Philippeville : la pollution du ruisseau Grand Pré sous surveillance

L'entreprise Villers Monopole, à l'origine de la pollution, et la Région wallonne doivent se rencontrer pour trouver une solution.
L'entreprise Villers Monopole, à l'origine de la pollution, et la Région wallonne doivent se rencontrer pour trouver une solution. - © Google

Les eaux du ruisseau Grand Pré à Villers-le-Gambon, près de Philippeville, ne devraient plus se colorer de blanc comme en juillet dernier. La Région wallonne assure opérer un suivi du dossier pour éviter tout nouvel épisode de pollution par l’entreprise de mise en bouteille Villers Monopole.

Une pollution observée en juillet

Pour rappel, durant le mois de juillet, plusieurs riverains ont constaté que les eaux du ruisseau avaient pris une teinte blanchâtre. Prévenue par la commune de Philippeville, l’INASEP a effectué plusieurs prélèvements dans le ruisseau mais également au point de rejet des eaux usées de Villers Monopole, soupçonnée d’être à l’origine de la pollution. Une hypothèse confirmée par les résultats d’analyse. L’entreprise a reconnu le problème, d’après le bourgmestre de Philippeville André De Martin.

En cause, les eaux usées

À l’origine de la coloration blanchâtre, se trouve la soude caustique utilisée par l’entreprise pour le nettoyage de ses bouteilles. Un produit qui peut être présent dans les eaux qu’elle rejette selon son permis d’environnement… mais en quantité limitée.

En juillet, cette quantité a été dépassée pour au moins deux raisons d’après le porte-parole de la Région wallonne, Nicolas Yernaux. Premièrement, le permis d’environnement de Villers Monopole a été renouvelé en 2012. Depuis lors, la production de l'entreprise a nettement augmenté, entraînant plus de rejet. Deuxièmement, le ruisseau a connu une importante diminution de son débit en raison de la sécheresse et de la présence de plusieurs barrages de castor en amont. Conséquence : la concentration dans la rivière des eaux rejetées par l’entreprise s’est accrue.

Contrôles et solutions à long terme sur la table

Sur injonction de la Région wallonne, Villers Monopole est chargée de se mettre en conformité afin de respecter les normes de rejet. Les deux parties doivent se rencontrer prochainement afin de dégager une solution et renouveler le permis d’environnement. Pour le court terme, l’entreprise doit adapter son système de production afin de limiter la teneur en déchet des eaux usées, dans ce cas-ci la soude caustique. Pour le long terme, elle envisage la construction d’une station d’épuration située à la sortie de l’usine.

Villers Monopole n’a pas souhaité s’exprimer, précisant seulement être en attente du permis. De son côté, la Région wallonne a indiqué qu’elle effectuera plusieurs contrôles de surveillance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK