Beauraing: peut-être une nouvelle vie pour l'ancienne base militaire

L'ancienne base militaire de Baronville.
L'ancienne base militaire de Baronville. - © RTBF

Trois entreprises (Mecar, CMI et la FN) réunies dans une société anonyme veulent y stocker des marchandises explosibles. Le dossier est sensible et fait l'objet d'une enquête publique pour la délivrance d'un permis unique d'exploiter. Mais est-ce vraiment la solution pour réaffecter cette ancienne base militaire ?

Disons que cela se présente comme une piste de rentabilité puisque la société Base de Baronville va débourser annuellement 475 000 euros/ an pour la location des 137 bunkers et les donnera en plus du précompte immobilier de 60 000 euros à la commune, propriétaire des lieux depuis 2012.

De plus, la société qui envisage de stocker du matériel sensible a déjà entrepris des travaux d'électrification, de sécurisation et de réaménagement du site et devra placer ce site sous étroite surveillance. Et donc engager du personnel de gardiennage.

Dans le cahier des charges, la commune a précisé qu'il faudrait qu'il soit de la région ! C'est donc une piste d'emploi aussi.

Vu les matières à stocker (munitions, explosifs…), y a-t-il un risque que le dossier ne passe pas le cap de l'enquête publique ? On sait que la sécurité y sera assurée 7 jours/7 et 24 heures/24. Et ce dossier a visiblement été ficelé avec déjà des avis d'autorités compétentes.

Ajoutons aussi que ce site abrite aussi d'autres activités comme par exemple un club de pétanque et, surtout, un centre de jour pour adultes handicapés qui d'ici peu s'agrandira d'une unité résidentielle. On va donc là aussi engager du personnel, ce qui fait dire au bourgmestre Marc Lejeune que l'avenir se dessine plutôt bien pour le site qui restera ainsi totalement aux mains de la commune. Il y a donc peu de risques que l'enquête publique soit l'occasion de faire des vagues.

Précisons enfin que l'enquête publique est accessible à la commune de Beauraing mais aussi à Houyet, commune proche ; et ce jusqu'au 12 octobre prochain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK