Peste porcine: il risque de ne pas y avoir beaucoup de gibier dans les assiettes lors des fêtes de fin d'année…

Dans les ateliers de découpe, les ventes de sangliers et de marcassins ont chuté de 80%... "On nous demande de tout, sauf du sanglier !"
Dans les ateliers de découpe, les ventes de sangliers et de marcassins ont chuté de 80%... "On nous demande de tout, sauf du sanglier !" - © DR

Un réflexe de méfiance du consommateur face à la maladie (la peste porcine). Résultat : les grossistes peinent à écouler les stocks. Ainsi, chez Condroz Gibier, à Ciney, les ventes de sanglier ont chuté de 80%.

Le virus de la peste porcine n'est pas contagieux pour l'homme. Mais les consommateurs se sont tout de même largement détournés du sanglier. Dans l'atelier de découpe dirigé par Pascal Desmet, des tonnes de viande s'accumulent dans les frigos.

"Les stocks sont là ! Nous, on est au-dessus de la pyramide. On est en lien direct avec les chasseurs : ce qu'ils abattent, on l'achète, le traite et le stocke. Mais la vente n'est pas là (…) On nous demande tout, sauf du sanglier."

Chez Condroz Gibier, on l'a dit, les ventes de sangliers et de marcassins ont chuté de 80%. La viande est donc congelée en attendant des jours meilleurs. "Pour l'instant, on découpe, on conditionne et on congèle le jour même. On va trouver des entrepôts de congélation et on va stocker la marchandise. Après, c'est mon boulot, passé la saison ici, d'aller voir des grands distributeurs, en Belgique ou ailleurs, pour voir s'il y a de la demande et à quel prix…"

Sans compter les frais de stockage et de congélation, Pascal Desmet sait que son stock de sanglier a déjà perdu 30% de sa valeur par rapport à de la viande fraîche.

Archives : Journal télévisé 18/09/2018