Peste porcine africaine: des éleveurs déconcertés suite à la décision d'abattage

Le ministre wallon de l'Agriculture, René Collin, l'avait déclaré dimanche soir. La décision de son homologue du fédéral, Denis Ducarme, de procéder à l'abattage ou à l'euthanasie des porcs d'élevage dans un périmètre délimité de 63.000 ha, suite à l'apparition de peste porcine africaine, fait des victimes. "Nos éleveurs sont totalement victimes d'une crise dans laquelle ils n'ont aucune responsabilité", a souligné René Collin. Le ministre régional estime que plus de 4000 porcs domestiques répartis dans 58 exploitations seront touchés par la mesure fédérale. Un coup dur pour ces éleveurs du sud de la province de Luxembourg. C'est notamment le cas de Jérôme Gérard, un jeune éleveur de Lahage, près de Tintigny. 

Le cas d'un jeune éleveur 

"On venait de démarrer un élevage pour essayer de se diversifier", explique Jérôme Gérard. "On avait 3 truies et une quarantaine de porcelets. Des animaux à engraisser pour les vendre aux particuliers". Mais qui au final, seront euthanasiés. "Pourquoi s'attaquer aux porcs qui sont sains, plutôt que de viser les sangliers qui, eux, sont porteurs du virus et le propagent à toute vitesse?"

Il faut donc éviter la contamination par des mesures de confinement, estime l'éleveur. Qui s'interroge aussi sur les indemnisations. "On parle d'une indemnisation pour les porcs actuels", dit le jeune éleveur. "Mais qu'en sera-t-il par la suite? Il faudra attendre deux ans pour avoir à nouveau des porcs dans la zone concernée. Mais deux ans après le dernier cas de peste porcine africaine. Or, si on n'éradique pas la maladie, tout cela peut encore durer longtemps", conclut Jérôme Gérard.   

Tintigny portera plainte

Le collège communal de Tintigny a décidé de porter plainte contre X et de se constituer partie civile. Une décision qui doit encore être ratifiée par le conseil communal.  "La commune et la population subissent un préjudice", explique le bourgmestre Benoit Piedboeuf. Cette commune compte 3 éleveurs de porcs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK