Pesche: une école se mobilise contre l'expulsion d'une famille afghane

Pesche : le village se mobilise contre l'expulsion d'une famille
Pesche : le village se mobilise contre l'expulsion d'une famille - © Tous droits réservés

A Pesche, près de Couvin , c'est toute une école qui se mobilise contre l'expulsion de Moha Desah et de sa famille. Scolarisée depuis 3 mois, la jeune élève s'est très bien intégrée à sa nouvelle école. "C'est une petite fille comme nous. Je pense qu'elle a des droits comme nous d'aller à l'école, de vivre comme nous. Nous à la fin du mois, on a peur de ne pas savoir partir en vacances et elle à la fin du mois elle a peur de ne pas pouvoir continuer à aller à l'école!" nous confie une condisciple de classe de Moha.

Moha et sa mère ont reçu un ordre de quitter le territoire suite au règlement européen Dublin II, qui stipule qu'un réfugié doit faire sa demande d'asile dans le pays d'Europe où il est arrivé en premier lieu. Dans leur cas, c'était aux Pays-Bas.

De gros efforts réalisés par Moha

Le directeur de l'école s'insurge contre cette décision qui briserait l'élan scolaire de Moha Desah: "Ce qui me paraît assez incompréhensible c'est le fait qu'après avoir fait des efforts depuis le mois de février, il nous reste un mois avant la fin de l'année scolaire et qu'on vienne tout précipiter alors qu'il y a des recours légaux qui sont possibles. On ne comprend pas!"

Moha s'est très bien intégrée à sa classe et au niveau du français elle a fait de vrais progrès car au départ elle ne parlait qu'un dialecte persan. A son arrivée au centre, Moha a suivi tous les après-midi des cours de français et dès son inscription à l'école, elle a suivi les cours avec assiduité.

Pour lundi prochain au plus tard, Moha et sa mère devraient rejoindre un centre de regroupement à Jodoigne. Mais l'avocat de cette petite famille va tout faire pour éviter un retour aux Pays-Bas.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK