Perquisition à l'aéroport de Bruxelles, la piste 02 trop utilisée ?

Perquisition de haut vol pour les enquêteurs bruxellois. Mi-décembre, ils ont débarqué dans la tour de contrôle de l'aéroport de Bruxelles et chez Belgocontrol qui gère le trafic aérien. Les riverains de Wezembek-Oppem, Crainhem et Woluwé-Saint-Pierre ont déposé plainte devant la juge d'instruction qui a piloté ces perquisitions. Ils soupçonnent les fonctionnaires de Belgocontrol d'utiliser plus qu'il ne faut la fameuse piste 02 pour les atterrissages.

Peggy Cortois, la porte-parole de l'association de riverains explique que cette piste ne devait qu'être utilisée pour des raisons de sécurité, lorsque le vent du nord est fort. Mais le problème selon elle, c'est que cette piste est autant utilisée que les autres pistes, "plus comme une piste de secours".

Et si ces riverains se plaignent de la sur-utilisation de cette piste 02, c'est parce que pour y atterrir, il faut survoler leurs communes. La logique, disent-ils, serait d'utiliser davantage les deux autres pistes. Mais on survole alors la Flandre. Ils y voient un problème communautaire.

Un problème communautaire ?

"Nous avons l'impression que les avions volent un petit peu en fonction de la langue des riverains", glisse Peggy Cortois. Selon elle, les riverains francophones seraient plus victimes de ces survols, alors qu'il n'y a aucune raison météorologique à cela.

Mais Belgocontrol l'affirme: personne dans cette tour de contrôle ne prend de décision communautaire. Les seules règles en vigueur sont celle de la sécurité.

N’empêche revoilà surgir le vieux dossier de la piste 02. Un problème aéronautico-policitico-communautaire bien loin d'être imaginé par les touristes qui atterrissent à Bruxelles.

Benjamin Adnet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK