Pénurie de tentes pour les camps d'été

A Namur, près de 145 groupes n'ont pas reçu le matériel qu'ils avaient demandé.
A Namur, près de 145 groupes n'ont pas reçu le matériel qu'ils avaient demandé. - © Flickr - maigrey

Alors que le coup d’envoi de la saison des camps vient d’être donné, les mouvements de jeunesse lancent un cri d’alarme. Il manque de tentes. L'an dernier, le centre de prêt de la Communauté française a dû en déclasser plus que d'habitude après la tempête du 14 juillet dernier. Résultat : cet été, moins de matériel disponible et plus de déçus.

Actuellement, le centre de prêt, basé à Naninne, dispose de près de 2000 tentes, mais il en faudrait 500 de plus pour pouvoir répondre à toutes les demandes. Rien que cette année, 145 groupes n'ont pas reçu ce qu'ils avaient demandé.

L'alternative, dans ces cas là, c'est de se tourner vers la Défense nationale. Les refus sont, semble-t-il, dus à un déstockage. Un déstockage car le matériel est vieux et vétuste.  Certaines tentes ont plus de 30 ans. Le centre de prêt attend donc qu'on les remplace... Au total, cette année, après un passage au centre et à la Défense, on évalue à quinze le nombre de groupes qui n'ont pas obtenu leurs tentes.

Selon le gestionnaire du centre de prêt de la Communauté Française, Olivier Pretto, les mouvements de jeunesse ont aussi leur part de responsabilité dans cette pénurie. ''Une des sources possible et plausible est que certains responsables de mouvements de jeunesse demandent un surplus de tentes. Maintenant, c’est vrai que l’on a initié depuis plus d’un an et demi des contacts réguliers avec eux. Ils font donc office de premier filtre.'' Mais malgré ce filtre, les problèmes de logistique sont bel et bien là.

Du possible problème logistique, on passe à un problème politique. Les mouvements de jeunesse dépendent de la ministre de la Jeunesse. Le matériel, comme les tentes par exemple, dépend lui de la ministre de la Culture... Question : qui doit payer dans pareil cas ?  Dans les faits, les deux ministères trainent à délier les cordons de la bourse.

Par ailleurs, le centre de prêt de Naninne a reçu cet hiver de nouvelles machines pour fabriquer des tentes. Il ne leur manque plus que de la matière première, des toiles.

L’une de nos équipes s’est rendue du côté de Trois-Ponts pour y suivre les guides de Grez-Doiceau. Le reportage est à écouter ci-contre.

 

 

Sébastien Remacle, Julien Ide, Xavier Van Oppens

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK