Paul Magnette, super Magneto grâce au CETA

Paul Magnette, super Magneto grâce au CETA
4 images
Paul Magnette, super Magneto grâce au CETA - © Tous droits réservés

C'est un clin d'oeil d'une agence de communication liégeoise : pour "célébrer" de façon humoristique le refus de la Wallonie au CETA, elle a édité des magnets à l'effigie de... Paul Magnette !

Arno Polet, l'un des créatifs de l'agence WeareSmartcom, raconte comment l'idée leur est venue : "Lundi dernier, nous étions en réunion pour discuter de nos projets, et nous avons commencé à délirer avec le CETA. Puis la conversation a dérivé sur Paul Magnette, et on s'est dit que ça serait marrant de coller sur son frigo des magnets avec Paul Magnette".

Ni une ni deux, les contacts techniques sont pris et 48h plus tard, les premiers objets sont fabriqués.

"On en propose un avec Magnette qui tient une feuille d'érable en bouche, et ce texte en wallon : 'Magn-et-tès-tu'. Un autre avec le visage de Magnette coiffé d'un casque rouge et rebaptisé 'Paul Magneto', du nom d'un des personnages du film de super-héros Xmen. Et d'autres variantes sont aussi proposées."

Pas que Paul Magnette

Il ne s'agit pas ici de glorifier un homme politique en particulier mais plutôt de le charrier gentiment au second degré. Paul Magnette... et les autres. Car l'imagination débridée de ces joyeux communicateurs ne s'est pas arrêtée au CETA : d'autres politiciens et politiciennes, tous partis confondus, se retrouvent désormais aussi en effigie sur des magnets. "Où y a Lutgen y a pas de plaisir", "Théo FranckenStein", "Charles Michel Polnareff" avec, à chaque fois, le visage de la personnalité un peu retravaillé.

"Le succès a été immédiat", confie Arno Polet. "Nous avons créé un site internet, baptisé, pour aller jusqu'au bout de la plaisanterie, www.paulmagnet.be. Etrangement, ce sont d'abord des magasins (de la région de Liège) qui nous ont contactés, pour nous prendre un stock qu'ils vont écouler chez eux. Maintenant, le site commence à être connu, et les ventes aux particuliers décollent. D'ici deux, trois jours, nous serons présents à Bruxelles et bien sûr, à Charleroi. Nous sommes bien conscients qu'il y a une forte demande potentielle là-bas, et nous cherchons d'ailleurs des commerçants près à travailler avec nous".

Maintenant que son pari est gagné, WeareSmartcom va songer à d'autres déclinaisons humoristiques possibles. Le vivier politique belge permet encore quelques beaux délires.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK