Paul Brusson, ancien résistant, est décédé

Image d'illustration du camp de Dachau - Paul Brusson y a été détenu
Image d'illustration du camp de Dachau - Paul Brusson y a été détenu - © EPA/WDR / USHMM

L'un des hérauts de la résistance belge vient de disparaître. Paul Brusson, l'ancien commissaire en chef de la ville de Liège, est décédé à l'âge de nonante ans.

Il s'était engagé très jeune, et très tôt, dans la lutte contre le nazisme, et il avait passé ses dernières années à se reconvertir en passeur de mémoire, à accompagner d'innombrables voyages scolaires dans des camps de concentration.

Né au début des années vingt dans la banlieue ougréenne, Paul Brusson est chausseur, de formation. Au début de la seconde guerre mondiale, il n'est pas encore majeure, il est déjà engagé dans la vie professionnelle, et dans la vie politique. Il milite à gauche.

A la capitulation, il tente de rejoindre les côtes anglaises, mais il échoue. De retour, il rejoint le parti socialiste clandestin et le front de l'indépendance. Collecteur de fonds, agent de renseignement, vendeur de journaux interdits, il est arrêté par les gestapiste en quarante deux. Considéré comme dangereux, il reste trois ans en camp de concentration, où il tente, encore d'organiser la solidarité...

Lorsqu'il est finalement libéré par les américains, après une longue quarantaine, Paul Brusson rentre, et il suit les cours d'officier de police. Il finit sa carrière comme commissaire en chef. Mais surtout, il est parmi les premiers à comprendre l'importance du travail de mémoire, et il devient, auprès des jeunes lycéens, un infatigable témoin. Contre les délires fascistes, d'abord. Mais également contre les dérives de tous les nationalismes...

Michel Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK