Pas de détecteur, sous alcool et médicament: Laura et Mila périssent dans l'incendie, suspension du prononcé pour la mère

Le 18 août 2016, le quartier avait été bouclé dans ce quartier de Ghlin pendant la descente du Parquet
Le 18 août 2016, le quartier avait été bouclé dans ce quartier de Ghlin pendant la descente du Parquet - © RTBF

Le tribunal correctionnel de Mons a accordé ce lundi la suspension du prononcé de la condamnation à une dame poursuivie pour l'homicide involontaire de ses deux filles lors d'un incendie dans un immeuble de la rue de Jurbise à Ghlin, c’était le 18 août 2016

Laura et Mila étaient âgées de cinq et trois ans quand elles sont décédées dans l'incendie provoqué par une cigarette qui a mis le feu à un matelas.

La prévenue avait désigné un tiers comme l'auteur de l'incendie, dès le premier jour de l'enquête mais le fait qu'elle n'avait pas été brûlée a incité le parquet à ouvrir une enquête.    

Pour le procureur du Roi, cette femme avait commis deux fautes, elle avait bu tout en prenant des médicaments et les détecteurs incendie n'étaient pas en ordre dans l'appartement, "ce qui aurait pu permettre de sauver les victimes".

"Elle a été négligente et reconnait ses fautes", avait déclaré son avocate qui avait plaidé la suspension du prononcé de la condamnation, laquelle a été accordée par le tribunal qui a déclaré la prévention établie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK