Police: pas de contrôles d'identité dans le métro si le titre de transport était en ordre

Les opérations Fipa ont lieu plusieurs fois par an.
Les opérations Fipa ont lieu plusieurs fois par an. - © rtbf

Les voyageurs qui avaient leur titre de transport n'ont pas été contrôlés sur leur identité ce lundi, répond la Police fédérale suite aux accusations de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés mais aussi des écologistes et socialistes. Ces derniers dénoncent une instrumentalisation des contrôles des titres de transports de la Stib afin d'arrêter des sans-papiers.

Mais la Police fédérale répond que seules les personnes sans ticket devaient montrer leur carte d'identité ce lundi. Pour la Police fédérale qui coordonne l'opération, le but n'est pas de cibler les sans-papiers mais la criminalité dans les transports en commun au sens large. À chacune de ces opérations, la Police interpelle des traficants de drogue ou des pick-pockets par exemple. En théorie, les policiers pourraient très bien contrôler l'identité des voyageurs sans attendre que la Stib ne contrôle les titres de transport. Il faut aussi savoir que ces opérations se font en collaboration avec l'Office des étrangers. Des fonctionnaires sont là en deuxième ligne pour vérifier cette fois, le titre de séjour, c'est-à-dire, pour voir si la personne a l'autorisation ou non d'être sur le territoire belge.

28 rapports administratifs de personnes en séjour irrégulier

Ce type d'opération policière a lieu depuis de nombreuses années et à chaque fois des personnes en séjour illégal sont interpellées. A titre de comparaison, en mars et octobre 2017, 31 puis 18 personnes ont été interceptées pour séjour illégal. C'est donc comparable aux 28 interpellations de cette année mais c'est plus que ce qui avait été communiqué lors du même genre d'opération en 2016, à savoir entre 2 et 6 personnes.

Quatre en centre fermé

Sur les 28 sans-papier interpellé ce 19 mars, quatre personnes en séjour illégal ont été envoyé en centre fermé les autres ont reçu un ordre de quitter le territoire ou ont été relaxées si elles sont encore en procédure de demande de titre de séjour. C'est au cas par cas, nous dit l'Office des étrangers.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK