''Pas de bras, pas de chocolat'' fait des appels aux dons sans être une asbl

Sur le site de l'association ''Pas de bras, pas de chocolat'', on on y trouve un appel aux dons, avec la promesse d'une déductibilité fiscale pour tout don d'au moins 40 euros
Sur le site de l'association ''Pas de bras, pas de chocolat'', on on y trouve un appel aux dons, avec la promesse d'une déductibilité fiscale pour tout don d'au moins 40 euros - © Belga (illustration)

L’association ''Pas de bras, pas de chocolat'' mène des actions pour sensibiliser le grand public aux droits des personnes handicapées. Cette association se présente comme une asbl mais d’après les révélations de La Libre Belgique, elle n’en est pas une. En cherchant dans le moniteur belge, où sont répertoriées toutes les asbl du pays, vous n'en trouverez effectivement aucune trace...

François Marien, le président fondateur de l’asbl '' Pas de bras, pas de chocolat '', affirme en substance qu’il se n’agit pas d’une fraude. Il dit avoir bel et bien créé une asbl en juin 2010, avant d’en modifier les statuts.

''Actuellement, mes statuts ne sont effectivement pas reconnus. Je les ai enlevés il y a quelques mois pour simple cause de remaniement au sein de mon conseil administration. Pour une petite période, je ne suis donc pas en tant qu’asbl mais plutôt en tant qu’association de fait '' explique-t-il.

Le problème, c'est que le site internet renseigne toujours la mention asbl. Plus interpellant encore, on y trouve un appel aux dons, avec la promesse d'une déductibilité fiscale pour tout don d'au moins 40 euros. Le porte-parole du SPF Finances, Francis Adyns, parle d’une promesse en l’air : ''Sur notre site internet, il y a une liste qui reprend toutes les associations qui ont le droit d’émettre des attestations. Ces documents permettent au contribuable qui a fait un don de le déduire dans sa déclaration à l’impôt des personnes physiques. Et l’asbl en question ne figure pas dans cette liste.''

L'homme de 25 ans reconnait ses erreurs. Il parle de pêché de jeunesse et de maladresse. Il plaide sa bonne foi et réfute toute suspicion d'escroquerie. ''Mon association est là pour dénoncer des choses. J’emploie donc davantage les médias que le financement. Et vu que je ne paie pas les médias, je n’ai pas besoin de financement.''

En attendant la régularisation des statuts de son association, François  Marien promet de retirer les mentions erronées de son site internet.  

Jérôme Durant

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK