Pas d'enchères pour l'électricité produite par Tihange 1, critiques

Le gouvernement avait décidé il y a un an de prolonger le fonctionnement de la centrale nucléaire de Tihange 1 de dix ans. Lors de cet accord, il avait été convenu que cette centrale "serait mise à disposition du marché". L'électricité qui serait produite à Tihange après 2015 bénéficierait à plusieurs acteurs du marché et pas seulement aux propriétaires actuels, les entreprises énergétiques Electrabel (GDF Suez) et EDF.

Le gouvernement a étudié au cours des derniers mois toutes sortes de scénarios, comme une centrale d'achat publique ou une vente aux enchères à laquelle d'autres fournisseurs qu'Electrabel pourraient participer. En outre, il y avait une discussion pour savoir s'il devait s'agir de 1000 mégawatts provenant de la production de Tihange 1 ou d'un mix de 1000 mégawatts répartis sur plusieurs réacteurs nucléaires.

Lorsque le Premier ministre Elio Di Rupo (PS) et le secrétaire d'État à l'Énergie, Melchior Wathelet (cdH), ont annoncé vendredi dernier un accord définitif sur la fourniture d'énergie, ils sont restés silencieux sur la mise à disposition de cette énergie. Il apparaît à présent que cet élément a été complètement supprimé du plan Wathelet. Selon la porte-parole du secrétaire d'État, cette option présentait en effet trop d'incertitudes sur le plan juridique.

"Le gouvernement a menti"

Les Verts, dans l'opposition au Fédéral, n'apprécient pas du tout la décision du gouvernement fédéral de ne pas soumettre aux enchères des fournisseurs d'énergie l'électricité produite par le réacteur nucléaire de Tihange 1.

"Electrabel et EDF peuvent continuer à vendre elles-mêmes l'électricité produite, avec des bénéfices substantiels", soulignent-ils dans un communiqué.

Selon le député Kristof Calvo (Groen), cette mise aux enchères avait pour but de compenser la prolongation de la durée de vie des vieilles centrales nucléaires. "Au final, on n'a que la prolongation", déplore-t-il.

"Le tiroir-caisse de Tihange 1, un réacteur nucléaire datant de 1975, continue à fonctionner", concluent Kristof Calvo et sa collègue Ecolo Muriel Gerkens.

Le secrétaire d'Etat à l'Energie, Melchior Wathelet, avait nié vendredi matin sur la VRT qu'Electrabel soit le grand gagnant de l'opération. "L'Etat prend une très grande marge, avec 70% pour lui et seulement 30% pour le producteur", a-t-il souligné. "Quel cadeau leur fait-on? "


Avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK